logo

Anacarde: Le Vietnam achète 200 000 tonnes de noix de cajou

L’accord tripartite signé entre le Groupement des exportateurs ivoiriens de noix de cajou, le groupe vietnamien T&T et le Conseil du coton et de l’anacarde donne lieu à l’achat de 200 000 tonnes de noix de cajou ainsi qu’à la création d’une usine de transformation d’anacarde d’une capacité de 100 000 tonnes.

Le 20 mars 2019, le Groupement des exportateurs ivoiriens de noix de cajou, le groupe vietnamien T&T et le Conseil ivoirien du coton et de l’anacarde (CCA) ont conjointement signé un contrat tripartite portant sur l’achat de 200 000 tonnes de noix de cajou par les Vietnamiens au cours de la campagne 2019, dont 50 000 tonnes d’achat immédiat pour le mois d’avril. Le président des exportateurs Diaby Aboubacar salue cet engagement des Vietnamiens à rechercher pour leur industrie les produits d’origine Côte d’Ivoire, ce qui du même coup permettra de maintenir le prix bord champ payé aux paysans et fixé par le gouvernement pour cette campagne 2019 à 375 FCFA le kg. Il était de 500 FCFA la campagne précédente. Quant au chef de la délégation vietnamienne Truong Sy Ba, il s’est lui aussi réjoui de cet approvisionnement qui aidera son pays à demeurer l’un des leaders mondiaux de la transformation de cette spéculation dont le volume transformé à ce jour se situe à 1,4 million de tonnes. Cependant, dans ses prévisions d’investissement en Côte d’Ivoire, le groupe T&T envisage à terme l’installation d’une unité de transformation des noix de cajou d’une capacité de 100 000 tonnes afin d’accroître le niveau de transformation de ce pays dont la production a atteint 761 000 tonnes en 2018, volume sur lequel moins de 69 000 tonnes ont été transformées, un chiffre très en deçà des objectifs du gouvernement ivoirien : il voudrait environ 50 % de transformation en 2021, selon le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. La décision de ce groupe vietnamien de s’intéresser finalement au marché de la noix de cajou d’origine Côte d’Ivoire a quelque peu apaisé les inquiétudes du directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde Dr Adama  Coulibaly, tant la rareté des ressources tendait déjà à fragiliser cette campagne. « Lorsque nous étions en train de préparer la campagne 2019, nous  avions beaucoup d’inquiétude, comme nous en avions eu à la fin de la campagne. Les exportateurs nationaux ont beaucoup souffert lors de la campagne beaucoup ont été menacés de disparition. Et nous nous interrogions sur la façon de nous y prendre pour les aider à survivre. Aujourd’hui, la signature de cet accord est un appui à nos exportateurs nationaux de façon à ce qu’ils puissent tenir la route et rester actifs sur le marché de la commercialisation de la noix de cajou. Pour nous, c’est extrêmement important pour l’ensemble de la filière et pour la Côte d’Ivoire », estime-t-il, avant d’inviter tous les acteurs de ce secteur à pratiquer entre eux la solidarité.

Alexis Noumé

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52