logo

Coton: De nouvelles ambitions pour l’or blanc

De nouvelles ambitions pour l’or blanc

Si la désastreuse campagne cotonnière 2017-2018 a fait perdre au Burkina Faso sa première place africaine de producteur d’or blanc au profit du Mali, la filière envisage de reconquérir le leadership.

L’ambition des cotonculteurs burkinabè était une
production de plus de 800 000 tonnes pour la
campagne 2017-2018, soit 20 % de hausse par
rapport à celle de 2016-2017, de 683 000 tonnes.
Mais cet objectif, que l’ensemble de la filière estimait
« réaliste et réalisable », n’a pas été atteint. Pourtant,
tous les acteurs du secteur s’étaient préparés à
mieux affronter cette saison. Une entreprise majeure,
la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX),
avait même obtenu d’un pool bancaire international
composé de la Société financière internationale (SFI),
de BNP Paribas et de la Société Générale un prêt de
42,6 milliards de FCFA avec un taux d’intérêt de 3,7 %
pour une durée de remboursement de 12 mois.
Si la SOFITEX et l’Union nationale des producteurs
de coton du Burkina (UNPCB) attribuent cette contreperformance
à une médiocre pluviométrie et à des
attaques parasitaires, les cotonculteurs sont convaincus
de la défectuosité des intrants (semences, engrais et
pesticides) livrés par la SOFITEX : leur qualité serait
douteuse et impropre à la culture du coton, et ils
exigent désormais que la Commission nationale du
contrôle des engrais et le ministère de l’Agriculture
procèdent à une contre-expertise des intrants incriminés
à défaut de les retirer pour cette nouvelle campagne.
Des producteurs de coton estimant que cette situation
ne leur incombe pas se disent même prêts à ne pas
rembourser les crédits de cette campagne.
En plein débat sur les organismes génétiquement modifiés
(OGM), les cotonculteurs burkinabè demandent
le retour à la culture du coton génétiquement modifié
(CGM), qui resterait la seule alternative face au
changement climatique. Mais le directeur général
de la SOFITEX Wilfried Yaméogo affirme que son
entreprise « attache du prix à la qualité des intrants
car ils contribuent à l’amélioration des rendements
du coton, notre raison d’être. D’ailleurs, ce sont
sensiblement les mêmes engrais et pesticides qui ont
été utilisés par toutes les sociétés cotonnières. Les
mauvais résultats de la campagne sont uniquement
dus aux caprices de la pluviométrie, qui étaient plus
marqués dans la zone SOFITEX. » Afin d’atténuer les
effets des caprices météorologiques, Wilfried Yaméogo
préconise, avec d’autres partenaires, de réaliser des
bassins d’irrigation à utiliser en cas de stress hydrique,
ainsi que des cordons pierreux retenant plus d’eau
dans les champs. Il faudrait y adjoindre l’assurance
agricole de 5 800 à 11 200 FCFA l’hectare pour
espérer une indemnisation de 45 000 à 90 000 FCFA
en cas de sinistre ou de rendement moyen non atteint.
L’Association interprofessionnelle du coton du Burkina
(AICB) a annoncé en avril 2018 l’objectif de production
pour 2018-2019 : 836 000 tonnes, soit 37 % de
plus qu’en 2017-2018. Le secrétaire général de l’AICB
Ali Compaoré, par ailleurs directeur général de la
Société cotonnière du Gourma (SOCOMA), a indiqué
que son association misait sur une amélioration du
rendement moyen au champ de 1 000 kg par hectare.
En soutien à la filière, l’AICB affirme que les prix de
cession des intrants resteront inchangés malgré leur
coût toujours plus élevé, « coup de pouce » résultant
d’une subvention de 16,288 milliards de FCFA, dont
9,614 octroyés par l’État et le reste par les sociétés
cotonnières. Des dispositions pour regagner la première
place.

Janis Yorobo

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52