logo

Entretien – Directeur général des Brasseries du Burkina Faso

Entretien – Directeur général des Brasseries du Burkina Faso: « Si vous n’investissez pas, vous mourez »

Après plus de 50 ans d’existence de BRAKINA, Marc Pozmentier, son directeur général, en a dévoilé la nouvelle identité visuelle en mars dernier. Un événement accompagné d’un documentaire institutionnel.

En 2017, quel a été le rendement de BRAKINA ? Et
quels commentaires vous inspire l’activité de la société ?
Marc Pozmentier : L’année 2017 a été une année qui a
répondu à nos ambitions, même si nous avons constaté
un ralentissement sur le dernier trimestre. En poursuivant
notre politique de recrutement, de formation
et d’investissement, nous maintenons nos bases saines
pour accompagner les évolutions à venir.
Quels messages veulent véhiculer le site Web et la
nouvelle identité visuelle de BRAKINA dévoilée en
mars dernier à Ouagadougou en présence du ministre
du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat Harouna
Kaboré ?
Vous savez, BRAKINA fait partie intégrante de l’histoire
et de l’identité du pays. Rares sont les entreprises de la
place qui peuvent se targuer d’une telle appropriation
par l’ensemble du peuple burkinabè. Cela fait plus de
50 ans que notre identité visuelle n’avait pas changé.
Il nous est apparu important de la faire évoluer afin
de la mettre plus en adéquation avec les aspirations
de nos consommateurs, et plus en harmonie avec les
symboles du pays. Quant au site Web, nous étions
tout de même très en retard. Aujourd’hui, toutes les
entreprises dignes de ce nom se doivent d’avoir un
site Web. Sur brakina.info ou sodibo.bf, il est possible
de consulter notre actualité, notre histoire, nos
valeurs, quelques chiffres clés, des informations sur
vos produits préférés, des liens vers nos partenaires,
le process de fabrication de nos produits, un lien de
contact pour poser toutes vos questions et une rubrique
d’offres d’emplois. Nous sommes aussi présents sur les principaux réseaux sociaux pour être au plus près
de nos consommateurs.
Votre société a aussi produit un film institutionnel
sur BRAKINA. Quand les Burkinabè pourront-ils le
découvrir ? Dans le documentaire ou la nouvelle identité
visuelle, quelle place accordez-vous aux symboles
nationaux ?
Le film a été diffusé sur la totalité des supports média
au lendemain de la présentation de la nouvelle identité
visuelle. Il est, de plus, un outil de communication
fort pour rappeler que nous sommes non
seulement une entreprise dynamique, éthique
et soucieuse de notre environnement, mais
aussi et surtout une entreprise burkinabè qui
accompagne la population tout au long de ses
moments de joie et de partage. Quant aux symboles
nationaux, ils font partie intégrante de l’identité
et de l’histoire de l’entreprise.
Quel est l’intérêt stratégique de fabriquer des bières
avec du maïs burkinabè ?
En 2017, BRAKINA a consommé pour plus de 40 milliards
de francs de produits et services locaux. Comme
vous le soulignez dans votre question, toutes
nos bières sont produites avec du maïs issu de
l’agriculture burkinabè. Ce n’est pas nouveau.
Ce qui est nouveau, c’est que maintenant,
nous le faisons savoir. Il est évident que nous
avons tout intérêt, lorsque cela est possible,
à consommer des produits locaux, à faire
travailler des fournisseurs nationaux. C’est
notre rôle d’accompagner le renforcement des
opérateurs avec lesquels nous partageons le
même environnement. Notre priorité : consommer
burkinabè.
Quels sont le coût et les capacités de production
de la nouvelle chaîne d’embouteillage
opérationnelle depuis décembre 2017 ?
Le nouveau groupe d’embouteillage mis
en service fin 2017 représente un investissement
d’environ 9 milliards de FCFA
pour une capacité d’environ 400 millions
de bouteilles par an. « Dans l’industrie, si
vous n’investissez pas, vous mourez », telle
est la devise de Monsieur Castel. Elle est
non seulement juste, mais elle a prouvé
son efficacité. 2017 n’a donc rien à envier
à 2016. Notre politique d’investissement
reste et restera dynamique et pragmatique.
Dans quels secteurs sociaux plus de
900 millions de FCFA ont-ils été investis
par BRAKINA et SODIBO, renforçant leur positionnement
de sociétés citoyennes ?
Au-delà des partenariats historiques que nous avons
scellés avec le SIAO, le FESPACO, le Tour du Faso, le
BBDA, la SNC, etc., nous avons offert une nouvelle salle
d’accouchement entièrement équipée à Bobo-Dioulasso
ainsi que des couveuses dans plusieurs établissements
de Ouagadougou, Koudougou et Bobo. Nous avons
aussi remis en état une garderie à Ouagadougou, et
offert pour plus de 300 millions de matériel et médicaments
aux hôpitaux de Gaoua et Dédougou avec la
Fondation Coca-Cola. Á court terme, notre souhait
est de créer la Fondation BRAKINA, dont la mission
principale sera d’optimiser ces investissements avec
des actions tournées vers l’avenir du pays, à savoir la
petite enfance et l’enfance.

Propos recueillis par Paul de Manfred

 

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52