logo

Entretien – Directeur général du Centre de gestion des cités

« La construction de plus de 1 200 logements est prévue en 2020 »

Yacouba Salouka, directeur général du Centre de gestion des cités (CEGECI), dresse le bilan des différents programmes de construction et fait le point des avancées de la Cité de la diaspora.

Quel bilan êtes-vous en mesure de mettre en avant sur l’exercice 2018 par rapport à 2017 ?

Yacouba Salouka : Les soldes significatifs de gestion du CEGECI se sont améliorés au cours de l’exercice 2018. En effet, le chiffre d’affaires, la valeur ajoutée, l’excédent brut d’exploitation et le résultat d’exploitation ont augmenté respectivement de 189,961 millions de FCFA, 365,380 millions, 301,503 millions et 320,870 millions entre 2017 et 2018. Le résultat net a suivi la même tendance en passant de 256,722 millions de FCFA en 2017 à 419,965 millions en 2018, soit une augmentation de 63,59 %. Les ratios de l’équilibre financier, la performance économique et la structure financière du CEGECI se sont également consolidés. Donc, d’une manière générale, la situation économique et financière s’est améliorée en 2018 par rapport à 2017. Au niveau des activités, l’année 2018 a vu la poursuite de l’opérationnalisation du Programme national de construction de logements (PNCL). Elle a également vu le lancement de la grande campagne de commercialisation des logements construits dans le cadre du programme, sachant que cette activité de commercialisation est exclusivement dévolue au CEGECI. Nous avons mis 1 262 logements du site de Bassinko à la souscription, puis procédé à un tirage au sort public le 4 août 2018 à la Maison de la jeunesse et de la culture Jean-Pierre Guingane pour le choix des acquéreurs. Á l’occasion de la célébration du 58e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso, la région du Centre-Sud a bénéficié au total de 603 logements sociaux, économiques et de standing : 203 construits par les forces vives et 400 construits avec l’accompagnement du CEGECI. Ils sont été répartis sur les localités suivantes : 300 à Manga, 50 à Pô et 50 à Kombissiri. Par ailleurs, il faut noter le lancement de la Cité de la diaspora intervenu au cours de l’année 2018.

Quelles ont été en 2019 les avancées des projets de construction des cités à caractère social dans les villes de Gaoua, Bassinko et Bobo-Dioulasso ?

Dans le cadre du PNCL, des logements ont été construits dans les localités que vous avez énumérées. Ainsi, en 2019, les logements réceptionnés pour le compte du CEGECI dans lesdites localités se répartissent comme suit : 475 logements sociaux et économiques à Gaoua, 1 262 logements sociaux et économiques à Bassinko et 54 logements économiques à Bobo-Dioulasso.

De nouveaux chantiers de logements ont-ils été lancés en 2019 et dans quelles villes ou localités ?

En 2019, d’autres villes ont connu des travaux de construction de logements. Ce sont Tenkodogo pour 100 logements sociaux et économiques, Banfora pour 100 logements sociaux, Ziniaré pour 50 logements sociaux et économiques, et Koudougou pour 50 logements sociaux et économiques en cours de construction.

L’an dernier, vous avez indiqué que le CEGECI envisageait de construire une première tranche de 200 résidences pour la Cité de la diaspora sur les 1 000 logements prévus. Combien de logements ontils d’ores et déjà été construits ?

Á la faveur du Forum national de la diaspora organisé le 11 juillet 2018, le CEGECI, sous la supervision du ministre de l’Urbanisme  et de l’Habitat, a lancé la construction des logements de la Cité de la diaspora, dont la première tranche est en cours de réalisation. L’objectif 2019 était de construire 200 logements de standing composés de F3, F4 et F5. Les travaux sont cours pour cette tranche et se déroulent correctement. Y a-t-il un calendrier pour la construction de la totalité des 1 000 logements ou celle-ci est-elle fonction de l’offre et de la demande ? Á la date du 31 décembre 2019, il y a 53 logements qui sont en cours de finition, et l’on a enregistré 109 souscripteurs. La commercialisation se poursuit. Le projet obéissant effectivement aux lois de l’offre et de la demande, les prochaines tranches seront réalisées en fonction de la demande. En début d’année, vous avez reçu au siège du CEGECI à Ouagadougou la visite officielle du ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat. Quels enseignements le personnel du CEGECI a-t-il tiré des échanges à l’issue de cette rencontre avec votre tutelle ministérielle ? En effet, le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Monsieur Maurice Dieudonné Bonanet, nous a fait l’insigne honneur de rendre visite au CEGECI en avril 2019. Cette visite a permis au premier responsable de notre département de toucher du doigt la réalité du travail des femmes et des hommes de mon administration qui se battent au quotidien pour remplir les missions qui nous ont été confiées. Elle a été ponctuée d’une part par une présentation de la situation de la commercialisation des logements sur l’ensemble des sites, des difficultés et des perspectives qui jalonnent l’opération, et d’autre part d’échanges directs et sans tabou entre l’ensemble du personnel et le ministre. Ce fut une expérience très riche et appréciée à sa juste valeur par le personnel. En 2020, quelles sont vos priorités en termes d’objectifs à atteindre ? En 2020, le CEGECI continuera à jouer son rôle dans la poursuite de l’opérationnalisation du programme 40 000 logements au profit des populations. Il est prévu pour cette année la construction de 300 logements à Ouahigouya, la construction de 900 logements en phase de lancement à Bobo-Dioulasso, et enfin la construction d’une première tranche de 50 logements à Kaya, à Fada N’Gourma et à Dédougou. Le CEGECI poursuivra également le renforcement de son parc immobilier à travers la réalisation des immeubles R+2 et R+3 à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso. Conscient de la problématique de la mobilisation et de la sécurisation du foncier, le CEGECI entend contribuer à la densification du tissu urbain à travers la réalisation de logements collectifs (HLM) dont les études de faisabilité sont en cours de réalisation.

Propos recueillis par Louise Bibalou-Durand

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52