logo

Entretien – Directeur général de la Banque de l’habitat du Burkina Faso

Entretien – Directeur général de la Banque de l’habitat du Burkina Faso: « L’AMBITION DE CONSTRUIRE UNE BANQUE MODERNE ET RENTABLE »

La Banque de l’habitat du Burkina Faso (BHBF) a amorcé un nouveau tournant en 2017 avec la restructuration de son actionnariat contrôlé désormais à 51 % par le groupe EBOMAF de Mahamadou Bonkoungou. Le directeur général Sibiri Coulibaly lève un coin de voile sur les chantiers en cours.

Quelles raisons stratégiques ont conduit le groupe
EBOMAF, dont les activités intègrent notamment
le BTP et les transports, à prendre offi ciellement le
contrôle de la Banque de l’habitat du Burkina Faso ?
Sibiri Coulibaly : De toute évidence, les raisons qui
ont conduit le groupe EBOMAF à s’intéresser au secteur
bancaire sont à rechercher dans une volonté de
diversifi cation de ses activités. À travers ce contrôle,
son président directeur général entend insuffl er une
dynamique au développement économique du Burkina
Faso et de la sous-région non seulement en apportant
des ressources à la banque, mais aussi en mettant à la
disposition de celle-ci les relations qu’il a longtemps
nouées dans son domaine de prédilection : le BTP.
Comment est structuré l’actionnariat de la nouvelle
BHBF ?
Au 31 décembre 2017, le capital de la banque est de
12,83 milliards de FCFA et se répartit comme suit :
51 % pour le président directeur général Mahamadou
Bonkoungou, 15,81 % pour le Fonds burkinabè
de développement économique et social (FBDES) et
10,91 % pour la Caisse nationale de Sécurité sociale
(CNSS). Le reste est détenu par des privés burkinabè
et quelques institutions.
Avec ces nouveaux capitaux, la banque va-t-elle retrouver
un nouveau souffl e ?
Á coup sûr, ces capitaux vont apporter un nouveau
souffl e à la banque, notamment au regard du dispositif prudentiel de l’autorité de régulation ainsi que de la
vision de l’actionnaire majoritaire, qui est de faire de
la BHBF une banque moderne et rentable en la hissant
parmi les premières banques de la place à court terme. Par ailleurs, l’assemblée générale extraordinaire tenue
en fin mai 2018 a décidé d’une nouvelle augmentation
du capital de 10 milliards de FCFA afin de permettre
d’atteindre cet objectif.
S’agissant des programmes de logements du quinquennat
en cours mis en place par le gouvernement de Paul
Kaba Thiéba dans le cadre du PNDES, comment entrevoyez-
vous le rôle de la BHBF ?
Que ce soit pour le volet précis du logement ou pour
tous les autres volets du PNDES, la BHBF compte
apporter son appui de façon directe et/ou indirecte par
l’octroi de concours financiers adaptés et mutuellement
bénéfiques à toutes les parties.
Quelles formules de crédits immobiliers proposez-vous
aux classes moyennes et aux ménages aux revenus
modestes ?
Dans le cadre de la nouvelle vision de la banque, l’ensemble
des produits et services est en cours de révision.
Cela résulte d’une demande du conseil d’administration,
qui a commis des consultants à cet effet afin de proposer
un plan global de restructuration. L’objectif ultime
visé, c’est de faire de la BHBF une banque moderne
et rentable, bénéficiant des meilleures
pratiques conformes aux
dispositions réglementaires.
Pour renforcer ses capacités, la
BHBF a noué par le passé des
partenariats avec la SFI (Société
financière internationale) ou
Shelter Afrique. Allez-vous reprendre la collaboration
avec ces deux fonds, ou en nouer d’autres ?
Si ces deux fonds veulent renouer des partenariats avec
la BHBF, nous serons disposés à examiner avec eux
les contours desdits partenariats. Comme je vous le
disais, nous sommes disposés à examiner toutes formes
de partenariats mutuellement bénéfiques. Toujours
est-il que nous sommes dans une nouvelle approche
très offensive concernant la recherche de nouveaux
partenariats plus fructueux
Allez-vous renforcer les opérations de la banque dans
les domaines de la gestion des risques, des prêts hypothécaires
et du financement immobilier ?
Justement, le plan de restructuration demandé par le
conseil d’administration a pour objectifs le renforcement
et l’optimisation des interventions des opérations
de la banque dans tous les domaines.

Propos recueillis par Louise Bibalou-Durand

 

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52