logo

Entretien – Directeur général de la Société nigérienne de banque: « Un résultat net de 4,86 milliards de FCFA et un PNB de 21,9 milliards en 2017 »

El Hadji Souley Oumarou, directeur général de la Société nigérienne de banque (SONIBANK), donne les raisons stratégiques qui ont milité en faveur du choix du Bénin pour l’ouverture de sa première succursale.Pouvez-vous nous présenter SONIBANK, créée il y après de trente ans pour renforcer le système bancairenigérien fragilisé par la liquidation de la Banque de développement de la République du Niger ? A-t-elle tenu ses promesses ? El Hadji Souley Oumarou : Oui. La SONIBANK a su se positionner comme un acteur majeur sur le marché bancaire nigérien. La SONIBANK a su progresser depuis 1990, et la croissance de son activité est au rendez-vous malgré un environnement concurrentiel. Les indicateurs financiers ont évolué positivement depuis sa création. Ainsi, le capital social de la banque est passé de deux à douze milliards de FCFA, les fonds propres ont atteint 34 milliards de FCFA et le total bilan s’est établi à 298 milliards de FCFA au 31 décembre 2017, avec des résultats de près de 5 milliards de FCFA. Les capacités de financement de la SONIBANK ont été renforcées ces dernières années par des lignes de crédit venant essentiellement de la BOAD. Quel usage a-t-elle fait de ces capitaux ? Ces lignes de crédit nous ont permis de contribuer à la promotion du secteur privé, au financement de l’extension des capacités de distribution de gaz de la Société nigérienne des hydrocarbures (Sonihy) et au financement des PME-PMI, qui assurent la croissance durable de l’économie, la création de l’emploi et l’amélioration de la qualité de vie de la population. Depuis mars dernier, la SONIBANK détient une filiale au Bénin. Pourquoi débuter votre ouverture sous-régionale par le Bénin et non la Côte d’Ivoire ? Dans le cadre de sa stratégie d’externalisation, la SONIBANK a implanté sa première succursale au Bénin en mars 2018. Le choix d’une filiale au Bénin est motivé par le dynamisme économique du pays, par la présence d’une forte communauté nigérienne exerçant principalement dans le commerce et le transit avec le Nigeria et le Niger, et enfin par l’utilisation du port de Cotonou pour le transit de près de 80 % des marchandises et produits importés par les opérateurs économiques du Niger, aussi bien pour la consommation nationale que pour la réexportation vers le Nigeria. Sachant votre gestion basée sur la transparence, la prudence, le suivi et un respect des recommandations issues du contrôle interne et externe qui vous a valu la confiance d’autres grands guichets internationaux (BAD, BEI, CRRAE, etc.), peut-on s’attendre à l’attribution d’autres concours sur la période 2019-2020 ? Pour la période citée, nous venons de signer un accord avec la CRRH-UEMOA concernant une ligne de financement de 1,2 milliard de FCFA afin d’accompagner les salariés à faible revenu. Une autre ligne avec PROPARCO est également en cours de négociation. La SONIBANK est leader dans le financement des projets d’investissement des PME-PMI et du tissu semi-industriel du pays. Quel est justement le bilan de vos interventions en 2017 et 2018 ? En 2017, nous avons financé plusieurs projets en crédits d’exploitation et d’investissement, ce qui a porté l’encours global de crédits à 223 milliards de FCFA, soit une progression de 9,7 % par rapport à 2016. La SONIBANK est résolument tournée vers l’avenir et désireuse de poursuivre l’accompagnement de ses clients dans la réalisation de leurs projets, et c’est en cela que nous avons abordé l’année 2018 avec la volonté de toujours améliorer notre métier, dont on sait qu’il est en perpétuelle évolution. Quels ont été les chiffres clés de la SONIBANK en 2017 par rapport à 2016 ? Quelles sont les tendances en 2018 ?La position des chiffres clés pour l’année 2017 se présente comme suit : 13 agences (dont la dernière ouverte à Dosso, lire l’encadré), 1 bureau et 1 succursale. Le montant en termes de ressources mobilisées est de 172,9 milliards de FCFA auxquels s’ajoutent 223 milliards de FCFA de crédits accordés, un résultat net de 4,86 milliards de FCFA et un produit net bancaire d’un montant de 21,9 milliards de FCFA. Pour finir, les tendances en 2018 sont plutôt positives.

Propos recueillis par Paul de Manfred

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52