logo

Entretien – Directeur général de l’Agence de conseil et de maîtrise d’ouvrage déléguée en bâtiment et aménagement urbain (ACOMOD-BURKINA)

« L’ACOMOD-BURKINA compte augmenter son portefeuille de projets »

Nimouindonné Robert Loue, directeur général de l’Agence de conseil et de maîtrise d’ouvrage déléguée en bâtiment et aménagement urbain (ACOMOD-BURKINA), donne un aperçu de l’état de son carnet de commandes et indique qu’il va désormais s’employer à mettre en oeuvre son plan stratégique 2020-2025.

Peut-on avoir un aperçu du rôle que joue l’ACOMOD-BURKINA en matière de maîtrise d’ouvrage dans la construction des infrastructures ?

Nimouindonné Robert Loue : Le secteur du bâtiment et de l’aménagement urbain est l’un des maillons essentiels de la politique de développement social, de réduction de la pauvreté de la population et d’appui direct à la mise à niveau des autres secteurs économiques. Les investissements publics qui s’y rattachent sont très importants et nécessitent un suivi-évaluation efficace. C’est dans ce contexte qu’a été créée l’Agence de conseil et de maîtrise d’ouvrage déléguée en bâtiment et aménagement urbain (ACOMOD-BURKINA), une société d’État avec un conseil d’administration de dix membres issus de sept départements ministériels et d’un membre représentant le personnel de l’Agence. Á ce titre, l’ACOMOD-BURKINA représente le bras technique de l’État en matière de construction et d’aménagement urbain, et joue ainsi un rôle de conseil technique tant au niveau de l’État et de ses démembrements que des entreprises privées. En résumé, l’ACOMOD-BURKINA a pour objet de réaliser des prestations au titre de maîtrise d’ouvrage publique déléguée pour le compte et au nom de l’État et de ses démembrements, des collectivités territoriales, des associations et de tout organisme de droit public ou privé, à l’occasion de l’exécution de travaux ou de la fourniture de biens dans les principaux domaines suivants : les infrastructures de bâtiment, l’aménagement urbain, les équipements industriels et, plus généralement, toutes les opérations civiles – commerciales ou industrielles, mobilières ou immobilières, financières – se rattachant directement ou indirectement à l’objet social ou à tous objets similaires ou connexes susceptibles de favoriser le développement de la société. Quel bilan pouvez-vous présenter sur l’exercice 2018 par rapport à 2017 en termes d’activités et de rentabilité ? En termes de bilan financier, le résultat comptable de l’exercice 2017 a été meilleur que celui de 2018 du fait de la réalisation des travaux de construction d’infrastructures scolaires équipées dans les 13 régions du Burkina Faso, et ce dans le cadre du projet présidentiel pour la résorption des écoles sous paillottes avec le ministère de l’Éducation nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales (MENAPLN). La non-poursuite de ce projet par l’ACOMOD-BURKINA d’une part et la nouvelle réglementation en matière de passation des marchés publics d’autre part expliquent la régression du CA de l’Agence. En effet, à l’instar des autres MOD (maîtrises d’ouvrage déléguées) publiques, notre Agence doit soumissionner aux dossiers d’appel à concurrence pour avoir des conventions, et ceci malgré son statut de société d’État.

En 2019, quel a été l’état de votre carnet de commandes ?

Pour l’exercice 2019, l’Agence a signé six conventions de MOD avec des maîtres d’ouvrages et a poursuivi l’exécution des conventions dont les signatures sont intervenues les années précédentes. Il s’agit des conventions MOD pour les travaux de construction des infrastructures du 11 décembre 2019 à Tenkodogo, pour les travaux de construction du Centre gériatrique de Ouagadougou, pour les travaux de construction des infrastructures avec le Bureau des mines et de la géologie du BURKINA (BUMIGEB) et pour les travaux d’interconnexion au RESINA du nouveau bâtiment R+3 avec le Premier ministère (PM) et avec le ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat (MUH) pour les travaux d’aménagement des bâtiments de l’Hôtel administratif du Centre, ainsi que de la signature d’un protocole d’accord avec le Programme sectoriel des transports (PST) pour la réalisation d’infrastructures dans le cadre du Projet de transport et de développement des infrastructures urbaines (PTDIU). Sachant que le secteur du bâtiment et de l’aménagement urbain est l’un des maillons essentiels de la politique de développement, quel est le principe d’intervention de l’ACOMOD sur les chantiers ? Est-ce de sa propre initiative ou est-elle toujours sollicitée ? L’intervention de l’ACOMOD-BURKINA se fait sur la base de la signature d’une convention de maîtrise d’ouvrage déléguée conclue dans l’intérêt bien compris des parties. Sa rémunération est en général fixée à un taux réglementaire négocié du coût du projet. Toutefois, ce taux peut varier en fonction de la complexité du projet. La réglementation nationale permet la délégation d’une MOD à tous les stades de la réalisation du projet. Dans l’hypothèse d’une délégation de la maîtrise d’ouvrage dès le début à l’ACOMOD-BURKINA, son intervention se fera en deux phases. La première sera administrative, et il s’agira alors d’élaborer ou de vérifier les dossiers d’appels d’offres (DAO) pour la réalisation des travaux, puis de conduire le processus de sélection de tous les corps de métiers nécessaires à la réalisation des travaux. Ajoutons que l’ACOMOD-BURKINA dispose d’une Direction de la passation des marchés (DPM) qui permet une célérité dans la gestion des marchés publics. Par souci de transparence, elle convie des observateurs extérieurs, dont le maître d’ouvrage, aux séances d’ouverture des plis et de sélection des adjudicataires, ce qui participe également à l’information du maître d’ouvrage. La seconde phase est celle de la réalisation opérationnelle des ouvrages, et elle met directement en scène les entreprises et les bureaux d’études et de suivi-contrôle. Toutefois, les parties concernées comme les communes bénéficiaires et la direction régionale de la tutelle technique assureront une veille de proximité sur la réalisation. Á ce titre, la prestation de l’ACOMOD-BURKINA consiste en une vérification préalable des dossiers techniques d’exécution soumis par les entreprises, à une coordination et un suivi d’exécution par le siège et à un suivi monitoring de proximité assuré par des chargés de projet.

En termes de perspectives, l’ACOMOD-BURKINA a-t-elle structuré son développement à l’aide d’un plan stratégique échelonné sur un nombre précis d’années ou son activité repose-t-elle sur une vision à court terme ? L’ACOMOD-BURKINA a d’abord structuré son développement sur une vision à court terme suivant un programme d’activités annuel élaboré sur la base d’objectifs spécifiques assignés aux  différentes directions. Mais après cinq années d’existence, l’ACOMOD-BURKINA a opté pour une vision à long terme par l’élaboration, en 2020, d’un plan stratégique 2020-2025 qui va permettre de dégager les grands axes de son développement et qui est couplé au plaidoyer pour la signature d’un contrat-plan avec l’État. Quelles sont les priorités inscrites sur votre feuille de route de 2020 ? Au titre de 2020, l’Agence compte s’atteler à l’augmentation de son portefeuille de projets à travers l’obtention d’un agrément TR, à la signature d’un contrat-plan avec l’État et à la mise en oeuvre du plan stratégique 2020-2025.

Propos recueillis par Louise Bibalou-Durand

 

 

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52