logo

Entretien – Directeur général de l’Institution de prévoyance sociale – Caisse générale de retraite des agents de l’État (IPS-CGRAE): « Un fonds social vieillesse très prochainement créé sur fonds propres »

Abdrahamane Tiémoko Berté, directeur général de l’Institution de prévoyance sociale – Caisse générale de retraite des agents de l’État (IPS-CGRAE), revient sur les améliorations produites par la réforme engagée depuis 2012. Il expose les avantages des projets en vue, en particulier la retraite complémentaire par capitalisation. L’IPS-CGRAE a connu une importante réforme en 2012. Quel est son bilan et quels sont les objectifs de votre feuille de route pour cet exercice ?

Abdrahamane Tiémoko Berté : La réforme de 2012 est intervenue dans un contexte d’essoufflement des régimes sous gestion car les ressources collectées ne permettaient pas d’assurer le paiement des prestations sociales. Sept ans après la mise en oeuvre de la réforme, son bilan confirme la pertinence des mesures arrêtées par le gouvernement pour restructurer le système des pensions publiques. En effet, au plan institutionnel, ces mesures ont renforcé les capacités opérationnelles de l’IPS-CGRAE pour offrir un service de qualité aux assurés sociaux. On note  aujourd’hui des améliorations substantielles portant sur plusieurs points techniques : les délais de traitement des dossiers de pension, passés de plus d’une année avant la réforme à 12 jours en moyenne à compter de la réception d’un dossier complet, ainsi que la facilitation de l’accès aux droits des assurés sociaux, notamment par l’allégement des procédures administratives et la déconcentration des activités de réception et de traitement des dossiers de prestations sociales, des réclamations et des requêtes. Á ce jour, les paiements des pensions se font au plus tard le 22 de chaque mois, et peuvent même se faire à domicile au bénéfice des personnes à mobilité réduite. Au plan financier enfin, il convient de souligner que l’équilibre du régime a été établi depuis 2013 à la faveur d’un recouvrement optimum des cotisations sociales et de la lutte contre la fraude. Les résultats indéniables obtenus par l’IPS-CGRAE après la réforme de 2012 ont impulsé un élan qualitatif à ses activités. Ils ont été consacrés par l’obtention de la certification ISO 9001 version 2015 le 3 décembre 2018. Votre organisme a initié au profit des fonctionnaires et agents de l’État de Côte d’Ivoire un projet de régime de retraite complémentaire par capitalisation dont le gouvernement ivoirien a adopté le 4 avril 2018 le principe de mise en place.

Quelles en sont les principales caractéristiques ?

Dans le cadre de l’amélioration des revenus des anciens serviteurs de l’État durant leur retraite, le gouvernement a en effet marqué son accord pour la mise en place de la retraite par capitalisation en leur faveur. Précisons que dans ce régime, les actifs d’aujourd’hui s’engagent en vue de leur propre retraite, qui vient en complément des prestations du régime de base existant afin de renforcer
le pouvoir d’achat du retraité. Toutefois, le gouvernement, fidèle à sa méthode de recherche d’un consensus autour des questions touchant les conditions de vie des Ivoiriens, a recommandé la tenue d’un dialogue avec les partenaires sociaux en vue de la finalisation de l’architecture du produit de retraite complémentaire par capitalisation. Au cours du second semestre 2018, les partenaires ont donc pu faire part de leurs observations sur les caractéristiques de la retraite complémentaire.

Á quand sa mise en oeuvre effective ?

La prochaine étape de ce processus est l’organisation de la plénière pour consolider l’ensemble des décisions arrêtées à la fin du dialogue social, en vue d’une mise en oeuvre effective du régime de retraite complémentaire par capitalisation au cours du second semestre de l’année 2019.

Outre la retraite complémentaire par capitalisation (RCC), l’IPS-CGRAE a-t-elle d’autres projets structurants en vue ?

La mise en place de la RCC s’inscrit dans tout un processus  qui vise, à terme, l’amélioration des conditions de vie des fonctionnaires à la retraite ainsi que ceux qui sont en activité. C’est dans ce sens qu’est envisagée à moyen terme l’instauration d’une branche accidents du travail et maladies professionnelles (AT/MP) afin de prendre en charge les assurés sociaux victimes de blessures ou de pathologies en rapport avec l’exercice de leurs fonctions. De même, la création de branches de prestations familiales et d’assurance maternité est escomptée pour proposer des prestations  sociales en rapport avec le bien-être des enfants des serviteurs de l’État, ainsi que la prise en charge des frais médicaux liés aux couches de la femme fonctionnaire ou agent de l’État. Par ailleurs, un fonds social vieillesse sera très prochainement créé sur les fonds propres de l’institution et avec la contribution de toutes les parties prenantes. Grâce à ce fonds, l’IPSCGRAE pourra développer une politique d’actions sanitaires et sociales au profit des assurés sociaux. En somme, l’IPS-CGRAE envisage une couverture sociale globale pour les anciens et valeureux serviteurs de l’État de Côte d’Ivoire, qui le méritent amplement. L’IPS-CGRAE est le premier organisme de prévoyance sociale d’Afrique de l’Ouest à être certifié sur l’ensemble de ses activités.

Quels sont les atouts de l’obtention de la certification ISO 9001 version 2015 ?

Le certificat ISO 9001 version 2015 qui a été décerné en décembre 2018 à l’IPS-CGRAE récompense une démarche volontaire, ambitieuse et cohérente menée avec détermination dans le but de servir au mieux nos assurés sociaux : les fonctionnaires et agents de l’État en activité ou à la retraite. Il s’agit d’une certification globale des missions et activités de l’IPS-CGRAE à une version de la norme plus contraignante et exigeante, avec une culture de résultats plus poussée et une recherche de satisfaction accrue des besoins de nos assurés sociaux.

En matière de politique de  proximité, comment est structuré votre réseau d’agences à Abidjan et à l’intérieur du pays ?

La politique de déconcentration des activités de réception et de traitement des réclamations, requêtes et dossiers de prestations sociales de l’IPS-CGRAE constitue un axe majeur de la réforme de 2012 et s’inscrit dans la nécessité pour l’institution de se rapprocher de ses assurés sociaux. Aujourd’hui, nous disposons d’un réseau de onze agences réparties sur l’ensemble du territoire ivoirien, à savoir six agences principales, trois agences secondaires et deux représentations. Ainsi, on note trois agences principales dans le district d’Abidjan – au Plateau, à Yopougon et à Cocody – et trois agences principales à l’intérieur du pays à Korhogo, à Man et à Yamoussoukro. Quant aux agences secondaires, on en compte à Bouaké, à Daloa et à Grand-Bassam. Les représentations locales sont à Abengourou et à Gagnoa. L’existence de ce réseau est l’expression de cette volonté manifeste de l’IPS-CGRAE de demeurer auprès de ses assurés sociaux, quel que soit leur lieu de résidence.


Propos recueillis par Louise Bibalou-Durand

 

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52