logo

Entretien – Directeur général de la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures

« La SONABHY va se renforcer en ressources humaines »

Hilaire Kaboré est directeur général de la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY), entreprise d’État qui a connu, de 2017 à 2018, une croissance de son résultat net bénéficiaire de l’ordre de 43 %.

Quel a été le bilan de la SONABHY en 2018 ? Par ailleurs, si l’on considère que la hausse du baril de pétrole en 2019 n’a pas été la même qu’en 2018, la SONABHY a-t-elle  amélioré sa situation financière ?

Hilaire Kaboré : La SONABHY a clôturé l’exercice 2018 avec un résultat net bénéficiaire de plus de 38 milliards de FCFA, soit environ 59 millions d’euros, en hausse de l’ordre de 43 % par rapport à  l’exercice précédent. La situation financière s’est donc améliorée par la contribution de ce bon résultat de 2018, par l’effort de remboursement en provenance de l’État en 2018 et début 2019 et, effectivement, par l’effet d’un marché pétrolier qui a connu une évolution du cours du baril moins accentuée durant l’année 2019. Ce dernier élément a permis de contenir le niveau des subventions sur le prix à la pompe, ce qui a réduit l’impact de ces subventions sur la trésorerie de la SONABHY en 2019. En 2018, la SONABHY a soumis avec succès son système de management à la certification ISO 9001 version 2015 et a également réussi le passage de son premier audit de suivi en 2019. Depuis le 14 mars 2018, vous êtes président de l’Association des raffineurs et distributeurs africains (ARA).

Quel bilan pouvez-vous afficher après un an de gouvernance et avez-vous pu renforcer les adhésions à l’ARA, ce qui semblait être l’un de vos grands chantiers ?

Mon mandat d’une année comme président de l’ARA a
pris fin en mars 2019 lors de l’assemblée générale. Globalement,
nous avons pu tenir l’agenda d’activités que
nous nous étions fixé pour cette année et l’assemblée
générale nous a délivré un satisfecit pour les résultats
de notre mandat. Nous avons même été gratifié d’une
distinction de l’ARA à cet effet. Les adhésions ne se sont
pas renforcées autant que nous l’avions souhaité. C’est
un travail de longue durée dont les résultats ne peuvent
pas être aussi immédiats. C’est d’ailleurs un chantier
que poursuit le nouveau président, tout aussi convaincu
de cette nécessité que nous l’étions. Des réaménagements
ont également été apportés à notre exécutif et
à notre fonctionnement pour plus d’efficacité et une
optimisation de l’emploi de nos ressources. L’ancrage
institutionnel de l’ARA se consolide, et d’importantes
institutions de notre continent font de plus en plus
confiance à l’ARA pour porter certaines mutations
majeures dans l’aval pétrolier africain.
Comment ont été perçus par l’ensemble du personnel et
la direction de la société les deux prix décrochés par la
SONABHY en 2019 lors du Gala des 100 entreprises
les plus dynamiques du pays organisé par le cabinet
international Eco-Finance entreprise ?
C’est une distinction que la SONABHY, à travers toutes
ses composantes, reçoit comme un encouragement.
C’est aussi une distinction que la SONABHY partage
avec tous ses partenaires, ceux qui l’accompagnent au
quotidien dans la réalisation de sa mission : assurer la
satisfaction des besoins des consommateurs burkinabè
en produits pétroliers de bonne
qualité et au meilleur coût.
Qu’apporte en termes d’approvisionnement
en gaz butane le
nouveau dépôt d’hydrocarbures
de la SONABHY en activité
depuis juillet 2017 à Peni, une
localité située dans la province du Houët ?
Beaucoup plus que nous ne l’avions pensé. L’ouverture
de ce dépôt, accompagnée par les efforts des sociétés de
distribution, a permis de booster encore la consommation de ce produit dans cette partie
de notre pays. Nous en sommes déjà
à préparer l’extension de ces installations.
Les consommations de gaz
butane de la zone de desserte de ce
dépôt se sont accrues d’environ 17 %
en 2018 comparativement à 2017, et
de plus de 13 % entre 2018 et 2019.
Globalement, en comparaison avec
2016 qui a précédé l’ouverture de
ce dépôt, les consommations de gaz
butane de la zone sont en hausse de
près de 50 %.
Quelles sont vos priorités en 2020 ?
2020 va être une année très chargée
pour la SONABHY. Du point de vue
des outils et référentiels de gestion, la
SONABHY a engagé fin 2019 et au
début de cette année de nombreux et
importants chantiers qui vont continuer
à s’exécuter en 2020. C’est aussi
en 2020 que commencera la mise en
oeuvre des résultats de ces travaux.
Ces chantiers concernent le plan stratégique
de la société, son système
d’information, la réorganisation de
la gestion de ses immobilisations et
la mise en place d’une comptabilité
analytique, ainsi qu’une étude de la
gestion de ses ressources humaines.
En 2020, la SONABHY envisage également de se renforcer
significativement en ressources humaines. Au
niveau de son outil d’exploitation, plusieurs travaux
et études vont occuper l’année 2020, avec des extensions
et modernisation des dépôts existants. Diverses
études porteront sur de nouveaux dépôts à bâtir et
sur la suite des extensions des dépôts. Un autre axe va
concerner le renforcement de la position de la société
sur les terminaux pétroliers côtiers.
Propos recueillis par Serge-Henri Malet

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52