logo

Entretien – Directeur général de SOROUBAT-BF

« Nous sommes attributaire de 6 marchés »

Abdessalem Louati, directeur général de SOROUBAT-BF, détaille les chantiers attribués en 2019 à la filiale burkinabè et donne un aperçu des secteurs que le groupe envisage d’aborder pour diversifier ses activités.

Pouvez-vous nous présenter la Société de routes et de bâtiments au Burkina Faso (SOROUBAT-BF) ? Quelles sont ses activités principales dans le BTP, ses objectifs et ses missions ?

Abdessalem Louati : La Société de routes et de bâtiments au Burkina Faso, en abrégé SOROUBAT-BF, est une filiale du groupe SOROUBAT international, dont le siège social se trouve à Tunis. Elle a pour activités principales la construction de routes, d’autoroutes, de ponts, d’ouvrages d’art, d’assainissement et de drainage ainsi que la production et la commercialisation des produits de carrière. Implantée au Burkina Faso depuis février 2012, elle compte à son actif la construction de plusieurs routes déjà réalisées. L’objectif que nous nous sommes assigné est de contribuer au développement du pays à travers la construction des infrastructures. Les missions de SOROUBAT sont, entre autres, de livrer des infrastructures de qualité dans le respect des délais d’exécution des marchés qui lui sont confiés, ainsi que d’assurer la formation du personnel local à travers le transfert de compétences.

En 2019, en dehors de la route Dédougou-Tougan au centre-ouest pour laquelle votre société a remporté en 2016 l’appel d’offres international d’une valeur de 23,6 milliards de FCFA, sur quels types de chantiers SOROUBAT-BF a-t-elle été engagée ?

Le marché de la RN 10 que vous évoquez et dont les travaux ont débuté en 2016 a été réceptionné provisoirement en mai 2019. Actuellement, nous sommes attributaire de six marchés, dont trois en cours d’exécution et trois en attente de lancement. Il s’agit notamment du projet de construction et de bitumage de la route nationale n° 19 Kantchari-Diapaga-Tansarga- Frontière du Bénin lot 1, du projet de construction du nouvel aéroport international de Ouagadougou-Donsin, du lot voiries côté ville-assainissement eaux pluviales et eaux usées-espaces verts, des travaux de construction et de bitumage de la route nationale n°17 Guiba-Garango et des travaux d’entretien périodique de la route nationale n° 22 entre Ouagadougou et Kongoussi, des travaux d’entretien périodique de la route nationale n° 14 Sakoinsé-Koudougou, et enfin du projet de réhabilitation de la route nationale n° 4 Gounghin-Fada- Frontière du Niger en attente de lancement.

Le groupe SOROUBAT est reconnu en Afrique dans le secteur des infrastructures et des routes. Le Burkina Faso étant réputé pour ses mines, ce secteur vous intéresse-t-il ? Si c’est le cas, quels peuvent être les produits spécifiques que vous proposez à vos clients éventuels ?

Le secteur minier se développe au Burkina Faso, entraînant du même coup des besoins divers qui vont de l’installation jusqu’à à la phase d’exploitation. SOROUBAT n’est pas directement un acteur minier mais propose des services de qualité répondant aux normes exigées dans le domaine des mines. De fait, nous livrons des produits concassés à des entreprises minières à partir de nos carrières de production de granites concassés. Nous proposons également à ces structures du béton prêt à l’emploi.

SOROUBAT Burkina Faso respecte-t-elle les standards internationaux en termes de certification et de sécurité ? Quelles sont vos références en la matière ?

La qualité est au coeur de toutes les activités du groupe SOROUBAT en général, et de la filiale SOROUBAT-BF en particulier. SOROUBAT a été auditée par le PECB (Professional Evaluation and Certification Bord) et certifiée conforme aux exigences des normes internationales suivantes : certification ISO 14001-2015 depuis 2017 dans la réalisation des routes, autoroutes, voiries et réseaux divers, fondations profondes et ouvrages d’art, et certification ISO 9001-2008 depuis 2017 dans la réalisation des routes, autoroutes, voiries et réseaux divers, fondations profondes et ouvrages d’art. Notre entreprise a depuis lors intégré la démarche qualité dans tous les projets qui lui sont confiés. Une équipe spécialement dévolue à la qualité et à la sécurité veille d’ailleurs sur la bonne exécution de tous nos projets. On sait que votre CA était de l’ordre de 27 milliards de FCFA en 2016 et qu’il a connu une légère régression en 2017.

Comment a-t-il évolué en 2018 et quelle est la tendance pour l’année 2019 arrivée à son terme ?

Depuis le début de nos activités au Burkina Faso, notre chiffre d’affaires a connu une constante variation. De 27 milliards de FCFA en 2016, nous sommes passés à plus de 24 milliards en 2017, en raison notamment de certaines modifications des articles contractuels. L’année 2018 a été plus fructueuse avec un CA de 31 milliards de FCFA. En revanche, nous évoluons vers une régression en 2019 du fait que plusieurs chantiers ont été clôturés à cette période.

Quelles sont vos perspectives pour les années à venir ?

SOROUBAT est actuellement dans une dynamique de diversification de ses activités. Nous abordons d’autres marchés tels que la promotion immobilière et l’agriculture. Nous prévoyons aussi à court terme la construction d’un Smart Building (bâtiment connecté) de haut standing avec toutes les commodités pour délocaliser le siège social actuel de la filiale SOROUBAT Burkina.

Propos recueillis par Louise Bibalou-Durand

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52