logo

Entretien – Directeur général de Webb Fontaine Guinée et du Guichet unique du commerce extérieur de Guinée (GUCEG)

« Le GUCEG facilite les opérations du commerce extérieur »

Mamoudou Diane, directeur général de Webb Fontaine Guinée et du Guichet unique du commerce extérieur de Guinée (GUCEG), loue les avantages de cet outil qui permet notamment un échange fluide et sécurisé d’informations entre les acteurs publics et privés du commerce et du transport.

Vous avez affirmé lors du coup d’envoi des activités du GUCEG à Conakry en septembre dernier que cette institution créée le 7 juin 2017 représentait une avancée majeure pour l’attractivité de l’économie guinéenne. Pourquoi ?

Mamoudou Diane : Nous dirons que nous nous réjouissons du fait que ce guichet unique permettra à
notre pays d’obtenir un classement honorable dans les prochaines années, car les activités du GUCEG visent l’optimisation, la célérité, la simplification et surtout la facilitation des opérations du commerce extérieur…

Peut-on en savoir plus sur les équipes qui vont animer le GUCEG ?

Nous avons une équipe dédiée chargée de mettre en place une plate-forme électronique neutre et ouverte permettant un échange fluidifié et sécurisé d’informations entre les acteurs publics et privés du commerce et du transport. C’est une équipe très expérimentée dans ce type de projet, composée d’expatriés et de locaux. Nous veillons à ce que les équipes expatriées transfèrent leurs compétences aux cadres locaux conformément au contrat de concession. De plus, Webb Fontaine, la structure concessionnaire, a beaucoup d’expérience en la matière. La Guinée n’est pas son premier pays d’implantation. Son fondateur, Jean Gurunlian, est le créateur de SYDONIA, le système actuellement utilisé par la Douane guinéenne. Sachez que des séances de formation ont déjà démarré et se poursuivent dans nos locaux. Nos équipes en place sont entièrement disponibles pour toute information et formation, d’ailleurs gratuites. Nous avons mis plusieurs canaux de communication à la disposition des acteurs pour leur permettre de nous contacter. En matière de budget de fonctionnement, nous avons tout le nécessaire pour mener à bien nos activités.

Quelle sera la valeur ajoutée du GUCEG dans la facilitation des échanges entre acteurs du commerce extérieur ?

Qui dit guichet unique dit réduction des déplacements et gain de temps. Donc, la première valeur ajoutée du GUCEG est une réduction considérable du temps des opérations et, comme on aime le dire, « Time is money ». En plus du gain de temps, donc d’argent, nous pouvons aujourd’hui dire que pour les usagers, le GUCEG apportera une dématérialisation des procédures et des documents, la centralisation et une bonne visibilité de toutes les opérations, la réalisation des formalités en ligne sans se déplacer, la notification du dernier statut des transactions en temps réel, une meilleure maîtrise des coûts d’importation et d’exportation en Guinée, et enfin un meilleur accès à l’information sur les procédures commerciales, les textes réglementaires et les lois ainsi que des simulations tarifaires et statistiques. Pour l’État et les administrations, le GUCEG est synonyme de modernisation des structures, ce qui renforcera l’efficacité, l’attractivité et la compétitivité du pays. Il implique aussi la simplification et l’harmonisation des procédures, la sécurisation des recettes publiques, le renforcement du cadre légal  par une application stricte des textes de loi, et enfin une amélioration dans le classement Doing Business.

Quelles synergies vont être mises en place entre le GUCEG et les administrations des Douanes et des Impôts pour rendre effectives la dématérialisation des processus de dédouanement et la sécurisation des ressources collectées ?

À ce jour, les systèmes de la Douane et des Impôts sont déjà interconnectés. La connexion du GUCEG au système de la Douane nous permet de recevoir en temps réel, dès leur création, les numéros d’identifiant
fiscaux (NIF) depuis les Impôts. La facilité est également donnée aux opérateurs économiques de consulter leurs déclarations et manifestes enregistrés dans le système de la Douane. En matière de sécurisation des ressources, le Guichet unique garantit que la quote-part de l’État qui sera collectée sera intégralement reversée sur ses comptes, avec un suivi des transactions.

Lors du coup d’envoi des activités du GUCEG, le président Alpha Condé a affirmé que le but visé était de parvenir à doubler les ressources internes. Dans vos projections, pensez-vous atteindre cet objectif à court terme ?

La société Webb Fontaine qui nous accompagne a déjà réussi ce pari dans plusieurs pays tels que le Nigeria, la Côte d’Ivoire, etc. Et nous n’avons pas de doute en cela. Je vous propose de faire le bilan dans un an.

Sur votre feuille de route pour 2019-2020, quels sont vos objectifs prioritaires ?

Nous avons de grandes ambitions pour 2019-2020. D’abord former et accompagner tous les acteurs à l’utilisation de la plate-forme du GUCEG et des différents modules que nous mettrons à leur disposition, la plate-forme étant composée de deux grandes parties : des services en accès public et des services en accès privé. Pour 2019-2020, notre feuille de route s’articule autour des axes suivants : l’investissement,intégralement pris en charge par la société mère de Webb Fontaine Guinée ; les infrastructures, pour une mise à niveau des ministères et administrations en équipements télécom, ordinateurs, réseau, et l’installation d’un data center national et d’Internet cafés ; le renforcement des capacités IT en vue de procéder aux formations et au support des fonctionnaires assuré par les équipes de Webb Fontaine ; la prise en compte des besoins des acteurs à travers le déploiement du GUCEG module par module ; la conduite du changement en vue de la mise en place d’un plan de formation et d’accompagnement de tous les acteurs concernés : déclarants, port, banques, ministères, Douane, transporteurs, secteur privé, etc., et enfin la propriété et la maintenance car, dans la mesure où le gouvernement de Guinée est propriétaire de la solution, il faudra mettre sur pied un programme de transfert de compétences.

Propos recueillis par Louise Bibalou-Durand

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52