logo

Entretien – Directeur général du Laboratoire national du Bâtiment & Travaux publics

« Notre portefeuille compte une centaine de chantiers »

Daouda Zongo, directeur général du Laboratoire national du Bâtiment & Travaux publics (LNBTP), détaille les cinq axes majeurs qui figurent dans le plan stratégique de son institution sur la période 2018-2022 et évoque les nouvelles prestations visant à diversifier les activités du laboratoire.

En tant que directeur du LNBTP, institution qui accompagne depuis plus de 50 ans les acteurs du BTP, quel regard portez-vous sur le secteur ?

Daouda Zongo : C’est vrai que depuis plus de 50 ans, le LNBTP accompagne les acteurs du BTP dans les études, les essais et le contrôle. Nous pensons que le secteur est en pleine croissance malgré le  contexte sécuritaire assez difficile dans certaines régions. Nous avons été beaucoup sollicité en 2018 et 2019, comme en témoigne la hausse de nos recettes et de nos résultats. Cependant, les acteurs du BTP manquent parfois de professionnalisme et/ou de moyens techniques suffisamment conséquents pour offrir des services de qualité.

Pour le renforcement en capacité des experts du LNBTP qui emploie plus de 300 salariés, recevez-vous un soutien financier de la part des guichets internationaux tels que la Banque mondiale, l’Union européenne ou la BID, par exemple ?

Non, notre laboratoire ne bénéficie pour l’instant d’aucun soutien financier de la part des bailleurs de fonds. Le LNBTP vit exclusivement des recettes de ses prestations. Le conseil d’administration du LNBTP, en sa séance du mardi 6 novembre 2018, a adopté votre plan stratégique quinquennal (2018-2022) ainsi que la modification du statut du personnel.

Quelles en sont les grandes lignes ?

Le plan stratégique est construit autour de cinq axes majeurs. Tout d’abord, il porte sur l’amélioration de la gouvernance et le développement du capital humain. Deuxièmement, il y a une mise en avant du renforcement et du développement de l’offre des prestations de services dans le domaine des études, de la conception et de la mise en oeuvre des infrastructures socio-économiques et environnementales. En troisième lieu, il s’agit de soutenir l’amélioration de la qualité des prestations et du cadre de travail. Ensuite, une importance particulière est accordée à la promotion de la recherche et de l’innovation. Et enfin, le cinquième point met en valeur le développement du partenariat et le renforcement des ressources financières et matérielles Quant au statut révisé du personnel, il a juste permis de corriger certaines faiblesses et de rénover certains aspects de l’organigramme, qui constituent en fait des mises à jour. Dans le cadre du plan stratégique, vous prévoyez de nouvelles prestations.

Quelles sont celles qui ont été déployées ?

Dans le cadre de la diversification de ses activités, le laboratoire offre en effet de nouvelles prestations, dont certaines sont déjà mises en oeuvre. Il s’agit notamment de l’auscultation des pieux, des mesures d’UNI, des essais de chargement des ouvrages d’art, des essais sur la peinture routière, et enfin des essais chimiques des ciments et des eaux. En plus de ces prestations, nous envisageons de mettre très prochainement en place le dispositif permettant de réaliser la formulation des enrobés de niveau 2, d’effectuer des essais de pliage et de dépliage des aciers ainsi que de procéder au contrôle des installations  électriques intérieures avant leur première mise sous tension.

Parmi les grands chantiers du domaine du BTP suivis par le LNBTP, quels sont ceux déjà débutés et susceptibles d’être poursuivis ou finalisés en 2020 ?

Nous comptons dans notre portefeuille le suivi d’une centaine de chantiers, dont les plus importants pour 2020 sont, entre autres, les travaux de construction et de bitumage de la voie de contournement de la ville de Ouagadougou, les travaux de construction et de bitumage de la route Kantchari-Diapaga-Tansarga-frontière du Bénin, les études pour les travaux d’aménagement et de bitumage de voiries dans cinq villes capitales de région (Dédougou, Kaya, Ziniaré, Fada et Dori), le contrôle des travaux de construction de siège de la RTB (radiotélévision nationale) à Ouagadougou, et pour finir le contrôle des travaux de construction du centre hospitalier de Manga. Par conséquent, le laboratoire est un partenaire incontournable pour la mise en oeuvre de nombreux projets de routes, de bâtiments et de barrages.

Quelles sont vos priorités en 2020 ?

Il s’agira surtout de la mise en place du système de management de la qualité, de la construction du siège du LNBTP, et enfin de la poursuite de l’ancrage institutionnel auprès des usagers au plan national voire international. Pour assurer le succès de ces activités, le LNBTP a sollicité l’engagement de ses partenaires, mais aussi de ses agents.

Propos recueillis par Louise Bibalou-Durand

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52