logo

Entretien – Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur: « L’UEMOA est l’un des modeles d’intégration les plus réussis en Afrique »

Amadou Ba, chef de la diplomatie sénégalaise, souhaite que la démarche de mise en place de l’éco-UEMOA ne remette pas en cause l’intégration régionale.

Plus de 25 ans après la création de l’UEMOA, que vous inspire l’évolution de ce modèle d’intégration en matière de gouvernance politique et monétaire ?

Amadou Ba : En Afrique, l’UEMOA présente assurément l’un des modèles d’intégration les plus réussis, toute proportion gardée. Pour appréhender l’évolution des performances de l’Union, il faut convoquer l’histoire, notamment les années 80-90 marquées par un ralentissement, voire une régression de l’activité économique de nos pays, un déséquilibre des finances publiques, l’application des politiques d’ajustement structurel et la dévaluation du franc CFA. C’est dans ce contexte que l’UEMOA a été créée, pour assurer une cohérence plus forte entre la politique monétaire de l’Union et les politiques économiques et budgétaires de ses États membres. Vingt-cinq ans après sa création, notre Union présente aujourd’hui un bilan globalement positif, notamment dans les domaines macro-économique et monétaire, et cela grâce au Mécanisme de surveillance multilatérale, qui est un droit de regard mutuel que les États se donnent sur leurs politiques économiques afin de prévenir d’éventuels déséquilibres macro-économiques préjudiciables à la stabilité monétaire. Au Sénégal, comment est accueillie l’arrivée prochaine de l’éco, qui remplacera le franc CFA ? L’UEMOA a annoncé la réforme du franc CFA à travers d’importantes mesures, à savoir le changement de dénomination, la suppression du compte d’opérations – qui signifie l’arrêt de la centralisation des réserves de change au Trésor français – ainsi que le maintien de l’arrimage à l’euro assorti de la garantie de convertibilité par la France. De même, il a été décidé du retrait de la France des instances de gouvernance de l’UEMOA. Tout cela s’est fait dans un contexte de surchauffe du débat sur le franc CFA, avec son appropriation par la société civile, les milieux académiques, les partis politiques et, plus récemment, des divergences d’approches de certains États membres de l’Afrique de l’Ouest. Ce débat, fort utile, renseigne sur l’enjeu de la question car le franc CFA incarne tout une histoire pour nos pays. Mais au-delà de son caractère symbolique, sa réforme aura un impact significatif sur l’avenir de nos économies et de notre société. D’où l’importance d’aborder la question avec sérénité et prudence. Il faut, certes, écouter la voix des populations qui sont, avant tout, nos mandants. Mais il faut surtout baser toute décision politique sur une approche cohérente et des considérations objectives sur le plan économique, notamment le respect des critères de convergence. Les huit pays de l’UEMOA pourraient-ils constituer l’avant-garde de l’éco, en attendant que cette nouvelle monnaie soit étendue à l’ensemble des pays de la CEDEAO ? Depuis un certain temps, il semble se dessiner une ligne de fissure au sein de l’Afrique de l’Ouest, mais il faudra veiller à préserver l’essentiel : l’unité et la stabilité. L’idée de faire des huit pays de l’UEMOA l’avant-garde de l’éco peut être pertinente, à l’image de l’euro qui avait commencé avec onze pays pour s’élargir par la suite. Mais il me semble important de veiller à ce que cette démarche ne se fasse pas au détriment de l’intégration régionale. Nous devons préserver nos acquis, et cela dans la cohésion et l’unité. En tout état de cause, il faudrait éviter la précipitation. L’Europe a mis plusieurs décennies avant de créer sa propre monnaie. L’Afrique de l’Ouest, constituée de jeunes États qui ont été affaiblis par un passif colonial lourd, des politiques d’ajustement structurel, des années de guerres civiles et de crises politiques, doit poursuivre sa construction graduellement mais sûrement, y compris dans le domaine monétaire.

Propos recueillis par Serge-Henri Malet

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52