logo

Entretien – Ministre conseiller spécial du président de la République et directeur général de l’Agence UA Niger 2019

« Que tous les chefs d’État assistent au sommet de Niamey »

Mohamed Saidil Moctar, directeur général de l’Agence UA Niger 2019, explique pourquoi Niamey est à ce jour « l’une des capitales les plus sûres d’Afrique ». Le sommet de 2019 va lancer le projet de la Zone de libre-échange continentale africaine, qui vise la création d’un marché commun de plus d’un milliard de consommateurs.

Á chaque sommet de grande ampleur en Afrique, le gouvernement crée une structure dédiée. L’Agence UA Niger 2019 répond à cet impératif. Peut-on avoir une idée précise des missions qui vous ont été assignées ? Mohamed Saidil Moctar : En acceptant la mission d’organiser la 33e Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine, le Niger est conscient du fait qu’il sera au coeur de l’actualité africaine et internationale pendant les deux semaines de la conférence. Compte tenu de l’ampleur de l’enjeu et afin de mieux préparer et organiser cette rencontre panafricaine, les plus hautes autorités de notre pays ont décidé en 2016 de la création de l’Agence nationale pour l’organisation de la Conférence de l’Union africaine Niger 2019, en abrégé Agence UA Niger 2019. Cette structure, que j’ai le privilège de diriger, a une autonomie de gestion et est directement rattachée à la présidence de la République. Sa mission principale est d’assurer la coordination des activités liées à la tenue de la conférence. Elle est dotée de trois organes pour mener à bien ses activités. L’un d’eux est un conseil d’orientation et de contrôle composé de 15 personnalités dont douze ministres directement concernés par les différents aspects de l’organisation de l’événement et présidé par le ministre directeur de cabinet du président de la République, avec comme vice-président le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens de l’extérieur. Ce conseil est chargé notamment de définir les orientations stratégiques de l’agence, de s’assurer de la bonne exécution de ses missions et programmes, d’approuver son budget annuel, ses statuts et son règlement intérieur, les procédures relatives à l’exécution des opérations financières et budgétaires, les conventions passées par elle ainsi que ses états financiers, et enfin d’adopter les rapports périodiques d’activité. Et en tant que directeur général, je suis chargé d’assurer la gestion de l’agence et d’exercer toutes les fonctions d’ordre technique, administratif et financier nécessaires à la réalisation de ses objectifs. Quand Niamey accueillera en juillet 2019 entre 4 000 et 5 000 participants pour cette 33e Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’UA, elle deviendra la capitale du continent. Alors que le jour J approche, quels sont les grands chantiers en cours pour accueillir toutes les délégations ? Il s’agit, en effet, d’accueillir, transporter, héberger et restaurer plus de 4 000 participants, parmi lesquels une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement, et de veiller à leur sécurité et à leur bien-être. C’est pourquoi, dès sa création, l’Agence UA Niger 2019 s’est attelée à réussir la parfaite organisation de la conférence, en faisant notamment appel à toutes les expertises et à tous savoir-faire dans tous les domaines concernés par l’organisation de l’événement. Parce qu’en décidant d’accueillir le plus grand rendez-vous politique africain, le Niger entend rehausser son image sur la scène africaine et internationale, renforcer son action diplomatique, permettre aux opérateurs économiques de tirer profit des retombées de cet événement, mais aussi renforcer les capacités de Niamey, notre capitale, en termes d’infrastructures et de savoir-faire pour être en mesure d’accueillir des événements d’envergure internationale. C’est ainsi que l’agence a initié et mis en oeuvre, en collaboration avec les ministères concernés, plusieurs projets d’infrastructures à même d’offrir à toutes les délégations des conditions optimales
de séjour et de travail, conformes aux standards de l’Union africaine et dans la pure tradition d’hospitalité nigérienne. Aujourd’hui, une vingtaine de projets sont effectivement lancés et sont en train d’être terminés. Toutes les assurances sont données qu’ils seront livrés avant la tenue de la rencontre. Niamey est en train de se métamorphoser profondément. La capitale disposera, à n’en point douter, de toutes les commodités requises pour accueillir de grands événements, de l’Hôtel présidentiel Radisson Blu, un hôtel 5 étoiles, au Centre international de conférences Mahatma Gandhi en passant par la rénovation et la modernisation de l’aéroport international Diori Hamani, auxquels s’ajoute la construction de plusieurs autres hôtels de standing international tels que le Royal Continental, El Doria et Noom, les villas présidentielles, plusieurs cités et résidences, et j’en passe. Avec toutes ces réalisations, nous serons non seulement fin prêts pour l’événement mais au-delà, nous donnerons tous les atouts à notre capitale pour devenir une destination de choix du tourisme d’affaires. Le Premier ministre, son Excellence Monsieur Birgi Rafini, effectue des visites régulières pour constater en personne l’état d’avancement des  travaux. Le Niger étant un pays en pointe dans la lutte contre le terrorisme, quelles dispositions seront prises pour assurer la sécurité maximale des participants à ce sommet ? Niamey est aujourd’hui l’une des capitales les plus sûres d’Afrique. Le Niger est bien sécurisé grâce notamment aux énormes et multiples moyens déployés par les autorités ainsi qu’à la vigilance et à la réactivité de nos forces de défense et de sécurité. Assurer la sécurité des participants à cette rencontre est donc une haute priorité des autorités. C’est pourquoi des mesures spéciales sont en train d’être prises pour que la sécurité des personnes et des lieux soit totalement garantie. Nous avons mis en place un comité technique sécurité composé des spécialistes du domaine et chargé de la question de la sécurité de la conférence. Nos forces de défense et de sécurité seront dotées de moyens appropriés et bénéficieront de formations spécifiques pour la gestion de ce type d’événement. Cet événement va puissamment renforcer la crédibilité de la diplomatie nigérienne. Avez-vous l’ambition de faire carton plein en nombre de présences, soit 55 chefs d’État ? Le président nigérien ne va-t-il pas voir son leadership sur le continent se renforcer alors qu’il a dit tout haut qu’il respecterait la Constitution et ne briguerait pas un autre mandat ? Notre voeu le plus cher est que tous les chefs d’État prennent part au sommet de Niamey qui, en plus d’être une session ordinaire, sera l’occasion de lancer l’entrée en vigueur du traité de la Zone de libre-échange continentale africaine. Donc nous présumons et espérons vivement que tous les chefs d’État ou, à tout le moins, une écrasante majorité d’entre eux, ne voudrons pas manquer ce rendez-vous historique, parce que la Zone de libre-échange continentale africaine, autrement dit la ZLECAf, est un projet phare de l’Union africaine qui vise, comme on le sait, la création d’un marché commun d’un milliard deux cents millions de consommateurs sans frontières ni barrières douanières. Quant à la question du leadership du président de la République, il est évident que ce sommet va le renforcer au regard de la confiance dont il jouit aujourd’hui de la part de ses pairs, qui n’ont pas hésité à lui confier la conduite de dossiers aussi importants que celui de la ZLECAf, celui de la monnaie unique au sein de l’espace CEDEAO ou la présidence du G5 Sahel. Toute l’Afrique aura les yeux rivés sur le Niger à l’occasion de ce sommet de l’UA. Comment comptez-vous sensibiliser et mobiliser les Nigériens autour de cet événement inédit et historique pour votre pays ? Niamey sera la capitale de l’Afrique durant les deux semaines de la conférence. L’attention de tout le continent et de la communauté internationale sera rivée sur la capitale nigérienne. L’agence a donc pris très vite la mesure de la chose et a entrepris de mobiliser l’ensemble des Nigériens autour de l’événement. C’est ainsi que plusieurs actions de sensibilisation et de mobilisation ont été entreprises : la composition, par une trentaine d’artistes et musiciens aux genres musicaux différents et provenant de l’ensemble des régions du Niger, d’une chanson de mobilisation des Nigériens autour de la conférence, ainsi que la production et la diffusion d’un film institutionnel dans lequel plusieurs personnalités nigériennes influentes, considérées comme des leaders d’opinion dans leur domaine, se sont exprimées. En plus de mobiliser l’ensemble des Nigériens autour de ce grand événement, ce film de sensibilisation est surtout destiné à créer un engouement national autour de ce projet présidentiel. Nous avons également entrepris le lancement d’une vaste campagne d’affichage urbain doublée d’une série de rencontres de présentation de notre mission à toutes les couches socio-professionnelles du pays ainsi qu’aux opérateurs économiques – partie non négligeable des bénéficiaires des  etombées de l’organisation de la conférence – et la création d’un site Web largement opérationnel et informatif dans lequel tout ce que nous entreprenons ou avons en perspective est largement relaté (1). Nous avons également une présence réelle sur les réseaux sociaux, nous bénéficions à cet égard de l’appui de plusieurs influenceurs qui contribuent à l’effort d’information, et enfin nous organisons des visites de presse périodiques sur les différents chantiers que nous supervisons pour faire constater au peuple nigérien et au monde entier leur niveau d’avancement. Comme vous le voyez, rien n’est négligé pour assurer une mobilisation effective des Nigériens autour de ce grand projet du chef de l’État. Les Nigériens sont déjà mobilisés et tous attendent avec impatience le mois de juin 2019 pour faire de cet événement une grande réussite, comme l’a souhaité Son Excellence Monsieur le président de la République dans son message de voeux de nouvel an.

Propos recueillis par Paul de Manfred

 

 

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52