logo

Entretien – Ministre de l’Économie et des Finances du Burkina Faso: « Cette crise risque de compromettre l’équilibre macroéconomique »

L’impact de la pandémie de Covid-19 sur l’activité économique se traduirait, selon Lassané Kaboré, grand argentier burkinabè, par une perte d’environ 4,3 points sur le PIB.

Si la santé en Afrique semble relativement épargnée par le coronavirus, il n’en est pas de même pour l’économie. Quel en est le coût au Burkina Faso ?
Lassané Kaboré : L’Afrique subsaharienne pourrait être confrontée à sa première récession depuis vingt-cinq ans avec cette pandémie de Covid-19. Selon le dernier rapport Africa’s Pulse de la Banque mondiale, la région pourrait enregistrer en 2020 une perte de production de 37 à 79 milliards USD. Plusieurs pays seraient sévèrement frappés par l’insécurité alimentaire, et toute la région devrait connaître une contraction de 2,6 à 7 % de la production agricole. L’analyse macro-budgétaire faite par mon département fait ressortir que cette crise sanitaire aura un impact très négatif et risque de compromettre l’équilibre macroéconomique et les ambitions du gouvernement en matière de financement du Plan national de développement économique et social (PNDES). En effet, la prise en charge de cette pandémie et les mesures de mitigations estimées à près de 394 milliards de FCFA (662 millions USD environ, soit 4,45 % du PIB) vont impacter les allocations budgétaires, avec des effets d’éviction au détriment des secteurs porteurs de croissance déjà sérieusement handicapés par les défis sécuritaires et humanitaires. Ainsi, l’activité économique serait marquée par une contre-performance de la croissance, qui ressortirait à 2 %, contre 6,3 % en scénario tendanciel, soit un écart d’environ 4,3 points de pourcentage. Quelles sont les alternatives, notamment pour le tissu des PME, durement touchées ? Dans la perspective de permettre aux PME de faire face à cette pandémie, le gouvernement a pris une série de mesures visant à limiter ses effets néfastes sur elles. Au nombre de ces mesures, celles de nature fiscales et d’accès au financement : remise automatique des pénalités et amendes exigibles au titre des mois d’avril, mai et juin 2020, suspension des opérations de contrôle sur place jusqu’au 30 juin 2020, à l’exception des cas avérés de fraude, suspension de la taxe patronale d’apprentissage (TPA) sur les salaires des mois d’avril à juin 2020 au profit des entreprises des secteurs du transport des personnes et de l’hôtellerie, réduction de 25 % de la patente au profit des entreprises des secteurs du transport des personnes, de l’hôtellerie et du tourisme (les entreprises ayant déjà payé la patente pourront opter pour une compensation avec les autres impôts locaux), application d’un taux réduit de TVA de 10 % aux secteurs de l’hôtellerie et de la restauration ou encore suppression des charges et taxes imposables à l’organisation des activités culturelles, etc. Le budget de l’État burkinabè s’établit en 2020 à 2 233,316 milliards de FCFA en recettes et 2 518,456 milliards en dépenses. Quelle est la part accordée au secteur de la santé ? Ce contexte a imposé l’adoption d’une loi de finances rectificative et des ajustements budgétaires. Le budget de l’État burkinabè en 2020 s’établit désormais à 2 038,850 milliards de FCFA en recettes et 2 507,628 milliards de FCFA en dépenses. Le ministère de la Santé a bénéficié d’une allocation sur ressources propres de plus de 234,501 milliards de FCFA. Cette dotation, dans le cadre de la mise en oeuvre du plan de riposte, a augmenté de manière substantielle, soit un montant total de plus de 75,930 milliards de FCFA, dont plus de 32,673 milliards au titre des ressources propres.

Propos recueillis par Serge-Henri Malet

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52