logo

Entretien – Ministre de l’Équipement: « Des projets routiers prioritaires seront lancés en 2019 »

Kadi Abdoulaye, ministre de l’Équipement, juge « satisfaisant » le bilan de son action depuis 2016, aussi bien en matière d’infrastructures – dans la perspective du sommet de l’UA 2019 – qu’en matière de lois adoptées, notamment celle relative à la protection du patrimoine routier.

Pouvez-vous nous donner un aperçu de votre bilan depuis votre arrivée en 2016 au ministère de l’Équipement, stratégique au regard de la place octroyée aux infrastructures dans le Programme de Renaissance II ? Kadi Abdoulaye : Le bilan est satisfaisant à plus d’un titre car pendant cette période, mon ministère a pu adopter les textes institutionnels et réglementaires comme la loi sur le Fonds d’entretien routier (FER) pour repenser le système d’entretien routier, et la loi sur la protection du patrimoine routier national. Par ailleurs, mon département a poursuivi son programme de désenclavement interne et externe du pays : poursuite et parachèvement des axes transafricains, notamment les sections Arlit-Assamaka-frontière d’Algérie et Diffa-N’Guigmi-frontière du Tchad, diversification et renforcement des ouvrages de franchissement avec la réalisation de plusieurs ouvrages, notamment le pont sur le fleuve Niger à Farié et le pont Seyni Kountché, 3e pont de Niamey, ainsi que l’échangeur Diori Hamani, modernisation des villes avec des voiries réalisées dans les villes d’Agadez, de Tahoua et de Zinder à l’occasion de fêtes tournantes du 18 décembre, fluidification de la circulation à Niamey avec le projet de travaux d’aménagement de la voie express aéroport international Diori Hamani/centre-ville, et enfin construction de 925 kilomètres et réhabilitation de 67,30 kilomètres de routes rurales. Quels seront le coût et le volume des travaux de réhabilitation aussi bien routiers qu’aéroportuaires et hôteliers dans le cadre du sommet de l’Union africaine prévu en 2019 ? C’est une question multidisciplinaire, mais je vais répondre par rapport au domaine routier dont mon département ministériel est en charge. En effet, dans le cadre du sommet de l’Union africaine Niger 2019, il est prévu l’aménagement de la voie express allant de l’aéroport international Diori Hamani de Niamey au centre-ville en pratiquement 2 x 4 voies sur un linéaire de 9,6 km pour un montant de plus de 20,392 milliards de FCFA (travaux et contrôle), ainsi que quelques kilomètres de travaux de voirie qui seront gérés par la Communauté urbaine de Niamey. Pourquoi les Chinois disent-ils du pont Seyni Kountché en construction que c’est « le plus grand projet dans l’histoire d’aide de la Chine au Niger et le plus grand projet d’aide chinois dans le domaine des ponts et des routes en Afrique » ? Oui, d’après les renseignements pris auprès des autorités chinoises, jamais le Niger n’a bénéficié auparavant d’un tel montant sous forme de don auprès de la République populaire de Chine : 520 millions de yuans, soit environ 45 milliards de FCFA. C’est aussi la plus importante infrastructure routière jamais réalisée en Afrique sous forme de don avec un tel montant. En quoi cet ouvrage est-il particulier et quelles sont ses caractéristiques ? L’ouvrage projeté est un pont à poutres en béton précontraint avec une plate-forme de 23 mètres et d’une longueur de 1 054 m, dont un pont principal de 928 m et un pont secondaire de 126 m. Le coût de l’ouvrage et de ses voies d’accès s’élève à environ 50 milliards de FCFA : le financement chinois de 45 milliards et la contrepartie de l’État du Niger à hauteur de 5 milliards. Le délai d’exécution des travaux est de 36 mois et la fin des travaux est fixée contractuellement à décembre 2020. La construction des voies d’accès d’un linéaire de 2 553 m est également prévue pour ce projet. En avril dernier, le président Issoufou a inauguré la route réhabilitée Zinder-Magaria-frontière du Nigeria. Quels sont le coût et l’importance stratégique de cette route de 112,4 km financée par l’Union européenne ? Le coût des travaux de réhabilitation de cette route est de 12 308 419 179 FCFA. La route Zinder-Magaria-frontière du Nigeria est un maillon de la route transsaharienne Alger-Agadez-Zinder-Lagos, dont l’importance n’est plus à démontrer : une fois les travaux de la section Arlit-Assamaka achevés, le Niger aura une autre possibilité pour acheminer ses marchandises depuis le port d’Alger. Comme l’année 2018 touche à sa fin, pouvez-vous déjà nous parler des priorités de votre feuille de route pour 2019 ? En 2019, nos priorités vont porter sur le lancement des projets routiers prioritaires ainsi que sur l’achèvement et l’inauguration de certains projets en cours : lancement des travaux d’aménagement et de bitumage de la route Sanam-Tebaram-N’Karkadan sur 97 km, lancement des travaux d’aménagement et de bitumage de la route Tamaské-Kalfou-Tahoua et Tamaské-Mararaba (50 km), lancement des travaux de réhabilitation de la route Zinder-Tanout sur 139 km, lancement des travaux de réhabilitation de la route Dosso-Bella sur 83 km, lancement des travaux d’aménagement en route en terre de la route Margou-Gaya sur 183 km, et enfin lancement des travaux de la voirie de Tillabéry dans le cadre de la fête tournante du 18 décembre. Auront également lieu l’achèvement et l’inauguration des travaux de la voie express aéroport international Diori Hamani de Niamey/centre-ville sur 9,6 km, des travaux d’aménagement et de bitumage de la route Arlit-Assamaka sur 225 km et des travaux d’aménagement et de bitumage de la route Maradi-Madarounfa-frontière du Nigeria sur 106 km. En ma qualité de ministre de l’Équipement, permettrez-moi aussi de remercier Économies Africaines d’avoir bien voulu nous donner l’occasion de faire connaître aux publics nigérien et étranger l’exécution du Programme de la Renaissance acte II de Son Excellence El Hadj Mahamadou Issoufou, président de la République, programme par lequel le peuple nigérien l’a porté au pouvoir pour un second mandat.

Propos recueillis par Serge-Henri Malet

 

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52