logo

Entretien – Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique du Togo: « I l nous faut renforcer notre système de santé »

Le professeur Moustafa Mijiyawa, ministre de la Santé et de l’Hygiène publique du Togo, donne un aperçu de l’ampleur de la riposte togolaise face à la crise du Covid-19.

La pandémie de Covid-19 n’a pas épargné les pays de la zone UEMOA. Quelle organisation le Togo a-t-il mis en place pour faire face à cette crise sanitaire sans précédent ?

Pr Moustafa Mijiyawa : Le Togo, à l’instar des autres pays, est touché par la pandémie au nouveau coronavirus, dont le premier cas a été enregistré le 5 mars 2020. Quatre organes ont été mis en place dans le cadre de la lutte contre la pandémie : le comité de crise, présidé par le chef de l’État et chargé de donner les grandes orientations de la lutte contre la pandémie ; la coordination nationale de gestion de la riposte, chargée de la mise en harmonie et en cohérence des actions sectorielles en raison du caractère tentaculaire de cette crise et de ses conséquences ; le comité de gestion chargé de procéder à une comptabilité-matière et de rendre compte de l’utilisation des ressources allouées à la lutte contre la pandémie ; et enfin le conseil scientifique chargé d’émettre des avis consultatifs à la demande du gouvernement avant la prise de décision par celui-ci sur un des quelconques aspects de la pandémie. La participation de tous a été sollicitée, car l’épidémie imposait des actions inclusives de toutes les couches de la société.

Au 2 juin, on recensait dans votre pays deux nouveaux cas d’infection sur 448 tests effectués, ce qui portait le total à 445 positifs et seulement 13 décès. Estimez-vous avoir pu limiter la propagation du virus au Togo ?

À ce jour, 26 juillet 2020, le Togo a enregistré 868 cas, dont 599 guéris, et 18 décès. Un total de 40 763 tests a été effectué. La stratégie de lutte et de riposte mise en place a certainement permis au Togo de limiter la propagation du coronavirus. Cette stratégie a couvert tous les champs de la lutte et a comporté schématiquement trois piliers. D’abord la prévention, en proclamant un état d’urgence sanitaire, des mesures barrière, un couvre-feu, la fermeture des frontières aériennes, maritimes et terrestres, le dépistage, la mise en quarantaine, le suivi et le dépistage des personnes venant de pays à risque, l’interdiction des regroupements, etc. Ensuite, la prise en charge des cas avec l’ouverture de centres dédiés, la mise en place d’un protocole thérapeutique, l’équipement en matériels de protection et de réanimation, la formation des équipes de prise en charge ainsi que la gratuité de la prise en charge des malades et des personnes confinées. Enfin, des mesures visant à atténuer les conséquences socio-économiques de la crise sanitaire ont été décrétées, comme les allégements fiscaux, le soutien aux entreprises, la mise en place d’un fond d’aide et de solidarité au profit des plus vulnérables, etc.

Quelles sont les leçons à tirer de cette pandémie ? Pensez-vous que la part accordée aux questions de santé dans le budget national sera revue ?

Il ressort de l’expérience des 6 mois écoulés qu’il nous faut renforcer notre système d’alerte afin de dépister très tôt toute maladie à potentiel épidémique, et qu’il nous faut également renforcer notre système de santé afin de le rendre résilient et robuste, avec la réhabilitation et la dotation en équipements des infrastructures, une amélioration de leur mode de gestion, un renforcement de la recherche et de la formation, le tout servant de socle à la couverture sanitaire universelle. C’est dans cette optique qu’un vaste chantier avait été ouvert par le chef de l’État bien avant la pandémie en cours, à travers des projets dotés de budgets conséquents et visant à redynamiser le secteur.

Propos recueillis par Serge-Henri Malet

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52