logo

Entretien – Ministre des Domaines, de l’Urbanisme et du Logement: « Un fonds et une banque dédiés à l’habitat ont été créés »

Waziri Maman, ministre des Domaines, de l’Urbanisme et du Logement, évoque l’évolution du projet des 25 000 logements d’ici à 2021. La construction en est confiée à une société chinoise dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP) conclu lors du sommet Chine-Afrique tenu en septembre 2018 à Beijing.

Vous êtes en poste depuis la réélection du président Issoufou pour un second mandat en 2016. Quelle est votre feuille de route à la fois au registre des domaines et de l’habitat ?

Waziri Maman : Les secteurs concernés sont notamment la gestion des domaines publics et privés, la planification, la construction et la modernisation des villes, et enfin la construction et la réhabilitation des édifices publics ainsi que des logements. Les principales actions prévues par le Programme de la Renaissance acte II au titre de mon département sont les suivantes : en matière de développement urbain, réaliser les plans urbains de référence (PUR) et reformuler le cadre institutionnel de l’urbanisme et de l’aménagement urbain ; au registre de l’habitat, réaliser 5 000 logements par an sur l’ensemble du territoire, soit 25 000 logements au cours du quinquennat, reconstituer la réserve foncière publique, et enfin promouvoir le cadre de vie et la protection des espaces publics ; enfin, pour ce qui concerne les domaines et le cadastre, moderniser le cadastre et accroître son apport dans la mobilisation des recettes internes, immatriculer tous les lotissements réalisés, créer des conservations foncières dans tous les chefs-lieux de régions et améliorer la cartographie du territoire.

Quel bilan de ces deux années pouvez-vous mettre en avant en matière de domaines et d’habitat ?

Les actions que je viens de rappeler constituent le programme de travail depuis que nous sommes à la tête de ce département. Quant au bilan en matière de réformes, il est à noter que deux importantes lois ont été adoptées au cours de la période 2017-2018, suivies de deux décrets d’application, respectivement en matière d’urbanisme et d’aménagement urbain, fixant les principes fondamentaux de la construction et de l’habitation. Dans le cadre de la mise en oeuvre de la politique de l’habitat, un fonds et une banque dédiés à l’habitat ont été créés : en 2017, le Fonds national de l’habitat (FNH) et, le 26 juillet 2018, la Banque de l’Habitat du Niger (BHN) officiellement inaugurée le 14 décembre 2018 par le président de la République. Le Conseil des ministres a adopté une stratégie de mise en oeuvre du volet habitat du Programme de la Renaissance acte II : trois conventions pour la construction de logements sociaux, dont deux seront très bientôt signées, ont été élaborées, et les schémas directeurs d’aménagement urbain et les plans urbains de référence des villes de Dosso et de Maradi ont été réalisés. S’agissant du développement urbain, ont été poursuivies les actions de modernisation des principales villes accueillant les fêtes tournantes du 18 décembre ainsi que le suivi de la modernisation de la capitale à travers le programme Niamey Nyala et les préparatifs de l’organisation du sommet de l’Union africaine Niamey 2019. Quant à la modernisation du cadastre, elle a consisté à mettre en place un système d’informatisation géographique (SIG) afin d’asseoir un cadastre numérique et de garantir la sécurité foncière et la mise au point d’un programme d’immatriculation des lotissements.

Comment évolue le projet des 25 000 logements sociaux d’ici à 2021, si cher à votre président ?

Le projet de construction de 25 000 logements sociaux d’ici à 2021 connaît une avancée significative en raison de l’amélioration du mécanisme institutionnel y relatif à travers, d’une part, les créations et l’opérationnalisation de la Banque de l’Habitat du Niger et du FNH pour appuyer la BHN dans le financement des programmes de logement sociaux, d’autre part l’adoption d’une stratégie de mise en oeuvre du volet habitat du Programme de la Renaissance acte II. Par ailleurs, nous avons en effet les éléments d’appréciation suivants : l’autorisation du Premier ministre de signer 3 contrats de partenariat public-privé (PPP) pour la construction de 6 550 logements sociaux, un avis de non-objection du chef du gouvernement pour négocier avec la Cellule de PPP un projet de construction de 1 000 logements sociaux, et enfin, lors du sommet Chine-Afrique des 3 et 4 septembre 2018 à Beijing, la signature d’un mémorandum pour la construction de 25 000 logements sociaux en plusieurs tranches avec une société chinoise, toujours dans le cadre du PPP : cet important projet démarrera avec une première tranche de 2 000 logements, et l’étude de faisabilité est en cours. Un autre projet de construction de 537 logements sociaux est en cours d’exécution à Niamey : 65 logements sont achevés et une centaine est en construction. Á Maradi, un projet de construction d’une centaine de logements est sur le point de démarrer avec un promoteur nigérien qui a déjà aménagé le site. Pour sa part, la Société nigérienne de promotion immobilière poursuit la construction des logements sociaux dans certains centres urbains comme Niamey, Dosso et Zinder.

Quel est le coût de ce programme et comment est-il financé ?

Le coût global du projet de 25 000 logements sociaux est estimé à 350 milliards de FCFA. Ce montant sera financé par l’État et par les partenaires privés. Ce programme sera réalisé soit par le biais du PPP, soit à travers des projets bénéficiant des avantages du code des investissements.

En 2018, quelles ont été les priorités inscrites sur votre feuille de route ?

Pour les domaines, nous avons essentiellement la modernisation du cadastre. Á ce niveau, nous collaborons étroitement avec la ville de Niamey, le ministère des Finances et l’Agence nigérienne des systèmes d’information (ANSI). En effet, en raison de son importance pour le Niger où la fiscalité foncière reste très faible, un cadastre moderne peut être un des facteurs de mobilisation des ressources. En outre, le pays sera mieux connu et mieux géré. S’agissant d’architecture et de construction, les axes prioritaires sont notamment le renforcement de la sécurité dans la construction, le respect du code des devoirs professionnels des architectes, le code de la construction et de l’habitation (loi n° 2018-25 du 27 avril 2018) fixant les principes fondamentaux de la construction et de l’habitation, la création toute récente de l’Ordre des ingénieurs en génie civil, et enfin la valorisation du patrimoine architectural du Niger : restauration et réhabilitation des bâtiments incarnant un symbole historique et/ou culturel et réhabilitation de bâtiments administratifs comme le Palais des congrès, l’immeuble ex-BDRN… D’une manière générale, la conduite du programme de modernisation de nos villes dans le cadre des fêtes nationales tournantes qui se tiennent le 18 décembre mettra en avant la finalisation des infrastructures en chantier dans la ville de Zinder devant accueillir lesdites festivités liées à la célébration du 60e anniversaire de la Proclamation d’indépendance de notre République.

Propos recueillis par Serge-Henri Malet

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52