logo

Entretien – Représentant spécial de l’Union européenne pour le Sahel

« La situation au Sahel concerne aussi la sécurité de demain en Europe »

Angel Losada, représentant spécial de l’Union européenne (UE) pour le Sahel, revient sur l’appui en formation militaire fourni par l’UE aux armées du G5. Il estime que la difficulté des pays sahéliens à administrer leurs zones périphériques constitue l’une des causes majeures de l’insécurité.

Malgré la forte volonté des chefs d’État engagés dans la création de cette force conjointe qu’est le G5 Sahel, les populations en butte à des actes terroristes ne perçoivent pas clairement ses actions. À quoi sert-elle vraiment, sachant que le 12 décembre dernier à Inates, les terroristes ont infligé de lourdes pertes à l’armée nigérienne ?

Angel Losada : La force conjointe du G5 Sahel est une structure jeune : rappelons qu’elle n’a été créée formellement qu’en février 2017 par décision des chefs d’État du G5 Sahel. Elle a suscité une adhésion politique importante dès sa création, et son financement a fait l’objet d’une conférence de soutien organisée avec l’appui de l’Union européenne à Bruxelles en février 2018. Á l’issue de la conférence, 414 millions d’euros d’annonces permettaient d’initier rapidement le processus d’opérationnalisation de la force conjointe. Près de deux ans après la conférence, certaines voix s’élèvent aujourd’hui pour critiquer son bilan. Sans minimiser l’urgence de la situation, je souhaite malgré tout partager avec vous quelques éléments de réflexion. Tout d’abord, les attentes ont été dès le départ extrêmement fortes, sans tenir compte parfois du fait que cette force conjointe n’était que la mise en commun de contingents d’armées nationales de cinq pays parmi les plus pauvres du monde et dont les armées se trouvaient, pour certaines, fortement affaiblies, et pour d’autres en limite de capacité eu égard au nombre de théâtres d’opérations sur lesquelles elles étaient engagées.

Où en est l’appui de l’UE dans le volet formation aux armées des pays du G5 Sahel ?

Notre appui, en cohérence avec nos valeurs et celles des États du G5, a notamment financé la mise en place d’un cadre de conformité aux droits de l’homme et au droit international afin de garantir le respect du droit par les contingents intégrés à la force conjointe. Mieux formées, la force conjointe et les forces armées nationales des cinq pays sont également aujourd’hui mieux équipées. Pour ne parler que du concours de l’UE, ce sont 100 millions d’euros qui ont été mis à disposition de la force conjointe et qui ont notamment permis l’achat de 46 véhicules blindés, de 30 véhicules de liaison, de plus de mille équipements de protection individuelle, ou encore de matériel de lutte contre les IED (dispositifs explosifs improvisés). On sait que la sécutité et le développement sont liés. Á cet effet, quelle est l’implication de l’UE dans le volet développement ? Le faible niveau de développement ainsi que, en particulier, la difficulté des pays sahéliens à administrer leurs zones périphériques constituent l’une des causes majeures de la diffusion de l’insécurité dans la sous-région. Je rappelle souvent que l’absence de l’État est l’oxygène du terrorisme. Seul un développement pérenne et inclusif apportera des solutions durables à la situation au Sahel, et cela, l’Union européenne en a pleinement conscience. Si l’on parle de plus en plus des appuis européens dans le domaine de la sécurité, il ne faut pas se tromper dans les ordres de grandeur. La grande majorité des 4,4 milliards d’euros que l’Europe consacre au Sahel reste et restera affectée au financement du développement de long terme. La mobilisation de l’Union européenne aux côtés des pays du Sahel est totale, pour des raisons de solidarité évidentes mais également parce que nous sommes convaincus que s’y joue actuellement la sécurité de demain en Europe.

Propos recueillis par Louise Bibalou-Durand

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52