logo

Entretien – Vice-président régional d’IAMGOLD en Afrique de l’Ouest

Entretien – Vice-président régional d’IAMGOLD en Afrique de l’Ouest: « Essakane emploie directement plus de 2 200 personnes, dont 96 % de nationaux »

Le Burkinabè Oumar Toguyeni, PCA d’IAMGOLD Essakane SA et vice-président régional en charge des activités du groupe IAMGOLD en Afrique de l’Ouest qui exploite la mine d’or Essakane au Burkina Faso, revient sur les activités du groupe minier depuis 2010 dans ce pays.

Pouvez-vous nous parler plus de votre société IAMGOLD Essakane SA ?

Oumar Toguyeni : IAMGOLD est une compagnie
minière canadienne qui a des mines au Canada, en
Amérique du Sud et en Afrique de l’Ouest. Une de nos
mines en production en Afrique de l’Ouest est celle
d’Essakane, la plus grande mine d’or du Burkina. La
société IAMGOLD Essakane SA est détenue à 90 %
par IAMGOLD Corporation et à 10 % par l’État burkinabè.
La mine Essakane est entrée en production
commerciale en juillet 2010, et à date nous avons extrait
plus de 3 000 000 onces d’or sur cette période d’opération.
En 2017, nous avons produit 431 896 onces
d’or, soit environ 13 tonnes, contre une production
de 419 166 onces en 2016, et cela en dépit du fait
que la mine soit l’une de celles qui ont les plus basses
teneurs de la région, avec en moyenne 1 gramme d’or
par tonne de minerai. Essakane est une mine moderne
en pleine croissance. Lorsque nous avons commencé
l’exploitation, la mine devait fermer en 2022 mais, grâce
à l’effort de nos équipes d’exploration ainsi qu’à nos
programmes d’amélioration continue de nos performances,
la durée de vie a été prolongée jusqu’en 2025,
et notre objectif est de trouver de nouvelles réserves
pour la prolonger au-delà de 2030. La construction
de la mine et son expansion en 2013 ont nécessité un
investissement total de 408 milliards de FCFA, ce qui est
énorme et représente certainement l’un des, sinon le plus
gros investissement privé direct au Burkina. Essakane
emploie directement plus de 2 200 personnes, dont
96 % de nationaux, et la mine s’investit dans le développement
des compétences nationales indispensables
à la relève de nos activités. Nos résultats en matière
de santé et sécurité au travail, ainsi que la gestion de
notre empreinte environnementale, nous ont valu de
renouveler notre double certification ISO 14 001 et
OHSAS 18 0001. IAMGOLD Essakane SA est dans
une démarche de maîtrise de ses coûts de production
et nous avons obtenu des résultats tangibles qui nous encouragent à poursuivre.
Je voudrais aussi mentionner qu’à l’échelle du pays, la
mine d’or Essakane procure des ressources non négligeables
à l’État du Burkina Faso sous forme de redevances,
impôts, dividendes et autres taxes douanières.
Sur la période 2010-2017, IAMGOLD Essakane SA
a versé au Trésor burkinabè près de 310 milliards de
FCFA. Au-delà de ces contributions directes au gouvernement,
il faut surtout considérer l’impact économique
global d’Essakane – qui représente 2 % du PIB – à travers
les achats de biens et services au Burkina : la mine
s’approvisionne pour plus de 100 milliards de FCFA
par an auprès de 500 fournisseurs de biens et services
installés au Burkina Faso. Ceci a également favorisé la
création d’emplois indirects.
Dans le cadre du développement communautaire, que
faites-vous pour les communautés hôtes de la mine ?
Notre programme est bâti sur un concept de valeurs
partagées afin que les populations hôtes de la mine
Essakane profitent de l’exploitation de l’or extrait du
sous-sol de leur contrée. La mine a réalisé d’importantes
infrastructures socio-éducatives et sanitaires de base
pour les communautés locales. Nous avons amélioré
les conditions de vie de plus de 15 000 habitants du
village relocalisé d’Essakane-site à travers l’électrification, en partenariat avec la société nationale d’électricité,
en investissant 360 millions de FCFA dans le
projet. La mine a réalisé une soixantaine de forages
d’eau potable et des systèmes d’adduction d’eau dans
ses villages riverains. Notre projet phare à ce jour est
le projet « Eau et croissance économique durable au
Sahel » (ECED-Sahel), d’un montant global d’environ
7,4 milliards de FCFA et dont la phase 1 s’étend sur
la période 2015-2019. Ce projet est financé par IAMGOLD
en partenariat avec le gouvernement du Canada
et la Fondation One Drop, et exécuté par Cowater
Sogema. Ce projet est un véritable « game-changer » car,
lorsqu’il sera achevé, il assurera à partir du barrage de
Yacouta la fourniture en eau potable de toute la zone
Dori-Gorom-Falagountou, soit une population de plus
de 100 000 personnes. Dans son approche d’appui aux
plans de développement des collectivités hôtes et pour
la période 2014-2017, la mine Essakane a contribué
pour un montant de plus de 1 800 000 000 FCFA au
bénéfice des quatre communes riveraines et du Conseil
régional du Sahel pour la réalisation de leurs projets de
développement. En 2018, la mine Essakane prévoit de
signer des conventions avec les collectivités riveraines
pour une enveloppe globale de près d’un milliard de
FCFA destinée à l’appui aux plans communaux et au
plan régional.
Vous avez initié un projet de développement des énergies
renouvelables pour soutenir les activités minières
à moyen et long termes. Qu’est ce qui a changé dans
la fourniture d’électricité avec la mise en marche de la
centrale solaire ?
Il faut noter que, comme la mine n’est pas raccordée
au réseau national d’électricité, elle a dû développer sa
propre centrale thermique, avec des factures de carburant
très élevées, car nous n’avons aucun contrôle sur
le prix du pétrole. En faisant le choix de la promotion
des énergies renouvelables, IAMGOLD investit dans
l’avenir. En 2014, nous avons construit une centrale
solaire de 5 MW au Suriname. Á Essakane, nous avons
choisi la création d’une centrale en partenariat avec
Total Eren et AEMP : ils l’ont construite et vendront
l’énergie à la mine. L’objectif d’IAMGOLD est d’augmenter
la proportion d’énergies renouvelables à 15 %
de ses besoins totaux en énergie pour ses différentes
mines. Cette installation photovoltaïque, inaugurée
en mars dernier par le président du Faso Son Excellence
Roch Marc Christian Kaboré, représente à date
la plus grande centrale hybride au monde combinant
les énergies solaire (15MW) et thermique (57 MW).
Le parc solaire génère une économie de carburant de
l’ordre de 6 millions de litres de fi oul (HFO) par an
dans la consommation électrique de la mine. La centrale
solaire aura un impact environnemental certain
puisque, outre la production d’électricité, elle permet
de réduire de 18 500 tonnes/an les émissions de CO2 de
la mine. Nous avons d’ailleurs également exprimé aux
autorités notre disponibilité à travailler avec elles afi n
de favoriser le développement énergétique de la région.

Propos recueillis par Serge-Henri Malet

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52