logo

Infrastructures: Un ambitieux programme d’infrastructures

Ponts, routes et autoroutes sont les travaux d’infrastructures lancés par le président Ouattara pour améliorer la compétitivité de l’économie.

En lançant les travaux du quatrième pont d’Abidjan le 30 juillet 2018, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly s’est montré particulièrement satisfait de la poursuite harmonieuse de l’important programme d’infrastructures initié par le président Alassane Ouattara. Ainsi, selon M. Gon Coulibaly, « dans le cadre de sa stratégie globale de développement de la Côte d’Ivoire, le gouvernement a mis un accent particulier sur les performances des infrastructures, notamment celles du secteur routier. Á cet égard, l’entretien du réseau routier, sa réhabilitation et sa rénovation ainsi que son extension constituent des priorités pour le gouvernement. C’est ainsi que depuis 2011, le gouvernement a entamé de grands chantiers de
construction de routes et d’ouvrages sur toute l’étendue du territoire afin de désenclaver les villages et de raccorder les régions et les départements. L’objectif visé est d’améliorer les conditions de circulation entre nos villes et villages, et d’apporter une réponse appropriée à la problématique de la fluidité du trafic au niveau d’Abidjan, la capitale économique de notre pays. » Prévus pour une durée de 30 mois, les travaux du quatrième pont d’Abidjan doivent s’achever fin août 2020. Pour un coût de 142 milliards de FCFA, il s’agit de construire une chaussée 2 × 3 voies avec des échangeurs
des deux côtés du pont sur une longueur totale de 4,025 km. Pour ce qui est des autres grands projets routiers urbains et interurbains ainsi que des ouvrages d’art sortis de terre ces dernières années, citons le pont Henri Konan Bédié, l’échangeur du boulevard Valérie Giscard d’Estaing et le boulevard de France Redressé, sans oublier l’élargissement du boulevard de Marseille, la réhabilitation du pont Houphouët-Boigny et la construction de l’échangeur de l’Amitié ivoiro-japonaise au carrefour SOLIBRA. « La réalisation de l’ensemble de ces projets dont les travaux sont en cours, pour un coût global de plus de 607,2 milliards de FCFA, va améliorer les conditions de circulation de nos concitoyens dans le district d’Abidjan et consolider durablement les performances du tissu industriel et commercial de notre pays », assure le Premier Ministre, également ministre du Budget et du Portefeuille de l’État. S’ajoutent à ces travaux lourds ceux d’infrastructures de moindre envergure mais dont l’impact sur la performance de l’économie n’est plus à démontrer, d’autant qu’à l’issue d’une réforme courageuse concernant l’attribution des travaux routiers, un grand nombre de PME ivoiriennes sont désormais qualifiées pour les effectuer. C’est ainsi qu’environ 130 PME ivoiriennes ont participé à l’exécution du programme d’entretien routier 2018 (PER 2018), a annoncé en janvier dernier Pierre Dimba, directeur général de l’Agence de gestion des routes (Ageroute), notamment le bitumage de la route Adzopé-Yakassé-Attobrou, longue de 25 km, et les travaux de la route Akoupé-Kotobi-Bongouanou. Pour cette année 2019 est prévu l’achèvement de projets tels que les routes Bouna-Doropo-frontière du Burkina Faso, Tiébissou-Didiévi et Boundiali-Odienné. « D’ici à 2020, ce sont plus de 120 000 km de route en terre qui devraient être traités, et plusieurs axes majeurs renforcés », se réjouit M. Dimba, d’autant plus certain de son propos que le budget de la structure qu’il dirige, l’Ageroute, est en hausse constante ces dernières années. En effet, il est passé de 4 milliards de FCFA à son arrivée en 2017 à 6 milliards en 2018. Pour 2019, il est de 8 milliards de FCFA. Commencés il y a quelques années, les travaux de l’autoroute du Nord se poursuivent avec la section Yamoussoukro-Tiébissou. Pour le gouvernement qui projette de relier cette autoroute à la frontière burkinabè, l’autoroute du Nord a une valeur symbolique pour la Côte d’Ivoire car elle va au-delà des frontières ivoiriennes. « Elle constitue un véritable outil d’intégration sous-régionale, voire régionale. Sa construction a joué un rôle crucial dans les échanges entre la Côte d’Ivoire et les pays de l’hinterland. Elle a favorisé le positionnement du port d’Abidjan comme principale porte d’accès à la mer pour ces pays frères », s’enthousiasme le ministre de l’Équipement.

Christian Kouamen

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52