logo

« La TGIME est une solution pour l’autosuffisance énergétique en Afrique »

Emmanuel Yeo, directeur général de la société LYNAYS spécialisée en énergie électrique, a créé une solution, la TGIME ou Technologie de gestion intelligente des mouvements d’énergie. Un procédé qui a la capacité de résoudre les problèmes cruciaux du déficit énergétique et du coût élevé de l’électricité.

Pouvez-vous nous présenter la société LYNAYS, qui exerce dans le domaine de l’énergie électrique ?

Emmanuel Yeo : La société LYNAYS est une entreprise ivoirienne fondée depuis plus d’une décennie. Sa vision est d’être une entreprise leader et un pôle d’excellence sous-régional dans la gestion intelligente des mouvements d’énergie. Sa mission est de créer de réelles solutions technologiques durables en vue de contribuer à la résolution du problème crucial de l’énergie en Côte d’Ivoire et dans toute l’Afrique de l’Ouest.

En quoi est-elle originale dans la gestion efficiente des mouvements d’énergie ?

LYNAYS a déposé quatre marques relatives à diverses innovations technologiques auprès de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI). La Technologie de gestion intelligente des mouvements d’énergie (TGIME) de LYNAYS, en limitant les pertes sur l’énergie produite et consommée face au problème crucial du déficit énergétique ainsi que du coût élevé de l’électricité, devient indispensable à tous les usagers, notamment les ménages, les personnes morales publiques comme les institutions, les administrations et les entreprises, ou privées comme les institutions financières, les compagnies d’assurance, les entreprises industrielles et les entreprises de services…

Pensez-vous que la TGIME, une invention de LYNAYS qui a remporté en 2018 le Prix national d’excellence et la Médaille d’or au Salon international des inventions et innovations d’Abidjan, constitue une alternative propre à enrayer une partie de cette menace énergétique ?

La TGIME de LYNAYS se présente comme l’une des solutions les plus économiques et durables pour aider les pays d’Afrique de l’Ouest à atteindre et maintenir l’autosuffisance énergétique tout en contribuant à une meilleure gestion de l’environnement naturel grâce à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Elle comprend le coffret électrique intelligent TLJ 100, le TLJ 200, le TLJ 400, le TLJ 800 et le TLJ 1200, en fonction de la taille du site. Avec ces outils, vous donnez des instructions à tous les équipements consommateurs d’énergie qui sont dans vos entreprises ou dans votre résidence, votre bâtiment… Ces outils feront en sorte que tout ce qui est dans votre bâtiment fonctionne juste au moment où il le faut, dans l’endroit où il le faut, et jamais quand ce n’est pas nécessaire. Tous ces éléments mis ensemble vont permettre à chacun d’être efficient et efficace dans l’utilisation de l’énergie à sa disposition. Cela va conduire à réduire les demandes d’au moins 1/3 au niveau national : ménages, secteur tertiaire, industriels… Si on le fait très bien, on peut même arriver à une réduction de moitié. Et si l’on y arrive, ce sera une grande victoire. Avec ce résultat, c’est comme si l’on avait produit la moitié de l’électricité existante. Chaque citoyen devient ainsi à la fois consommateur et producteur d’énergie et, par conséquent, augmente son pouvoir d’achat. Pour les ménages, la TGIME est un véritable outil d`aide à l’épargne et un moyen de lutte contre la pauvreté.

Pourquoi affirmez-vous publiquement que la Côte d’Ivoire est menacée en matière d’énergie ?

Essentiellement pour deux raisons d’ordre technique : d’une part la croissance rapide de la demande en énergie électrique, d’autre part le gaspillage. Puisque la Côte d’Ivoire est sur une dynamique d’industrialisation à grande échelle par la transformation de ses matières premières avec la création d’usines et de zones industrielles, il y a une forte croissance de la demande en énergie électrique. On remarque également que les Ivoiriens utilisent de plus en plus la climatisation dans les bâtiments, peut-être à cause du réchauffement climatique, d’où une forte croissance de la demande en électricité dans les secteurs tertiaire et résidentiel. Si aujourd’hui nous voulons atteindre notre objectif d’industrialisation, nous ne pourrons pas tenir avec la quantité d’énergie que nous avons. C’est d’ailleurs ce qui fait que le gouvernement a pris des dispositions pour multiplier par deux le parc énergétique actuel, puisque l’on parle d’installer au moins 4 000 MW dans un futur proche. C’est dire que les autorités sont déjà conscientes de la situation. Si l’on doit s’industrialiser, si l’on veut maintenir la croissance économique actuelle, il va falloir de façon sérieuse prendre des dispositions concrètes pour mettre en place un système d’autosuffisance en énergie. En ce qui concerne le gaspillage, il faut savoir qu’un taux très élevé représente un danger pour le maintien de l’autosuffisance en énergie du pays. Il faut rappeler qu’entre 20 et 30 % des énergies mises à la disposition des entreprises, des ménages et des industriels sont gaspillés en ce sens que l’énergie ne produit rien de concret, rien qui contribue au développement économique ni du ménage, ni de l’entreprise, ni de l’industriel. L’énergie est gaspillée lorsqu’elle n’a pas contribué à produire quelque chose d’utile. Par exemple, je prends une entreprise où les travailleurs ne sont pas ceux qui paient la facture : une maison d’assurance, une banque… Ce sont des services. Ils ont beaucoup de climatiseurs, etc. Le week-end, ils peuvent oublier d’éteindre les climatiseurs, qui vont alors tourner toute la nuit, tout le week-end. S’il s’agit d’un week-end prolongé, ce ne sera que 3 à 4 jours après que l’on constatera le gaspillage de toute cette énergie. On a rafraîchi ou éclairé tous ces grands espaces pour rien. Si l’on ouvre les fenêtres et les portes, si l’on allume les climatiseurs dans les halls, si l’on climatise dehors, tout cela constitue du gaspillage d’énergie et représente une grande menace pour le secteur de l’électricité.

Propos recueillis par Paul de Manfred

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52