logo

Santé – Côte d’Ivoire: L’épidémie de Covid-19 demeure un mystère

En date du 23 août 2020, la Côte d’Ivoire comptait 17 506 cas confirmés, dont 15 633 personnes guéries, 114 décès et 1 759 cas actifs. Malgré les efforts de communication du gouvernement, les populations émettent des doutes sur la réalité des chiffres d’évolution de la pandémie dans le pays.

La pandémie de Covid-19 a tout l’air d’un mystère en Côte d’Ivoire. Plus les décisions prises par le gouvernement ivoirien se sont relevées drastiques pour freiner la propagation du virus, plus la courbe d’évolution de la maladie a connu de pics. Le chef de l’État s’est donc résolu à lever toutes ces mesures, invitant les populations à simplement adopter les gestes barrière et à se montrer disciplinées. La garde ainsi baissée, on a enregistré, curieusement, moins de cas de contamination et un nombre aujourd’hui élevé de guérisons sans que l’on sache réellement comment et par quels moyens les patients sortent des griffes de cette maladie. Dans la grande frayeur qui, le 11 mars 2020 à Abidjan, a suivi l’annonce du premier cas de contamination par le coronavirus, et face au nombre croissant de patients enregistrés, le Conseil national de sécurité (CNS) présidé par le chef de l’État a pris une série de mesures en riposte à la maladie. Un couvre-feu a été instauré et reconduit plusieurs fois, les maquis et lieux de spectacle ont été fermés, les regroupements massifs de population ont été interdits, la ville d’Abidjan a été isolée et bien d’autres restrictions ont été annoncées presque en grande pompe durant le mois de mars dernier. Au fils des semaines, les autorités ivoiriennes les ont renforcées. Entre-temps, le centre hospitalier universitaire de Treichville, l’un des grands centres de santé du pays, notamment au service des maladies infectieuses, accueille des patients ou des cas suspects. Ces derniers, selon le protocole de soins rendu public par le ministère de la Santé, sont soumis au test de dépistage du coronavirus. Des prélèvements sont effectués et les personnes déclarées positives sont isolées. On leur administre du paracétamol, de la vitamine C et un traitement antigrippal. Mais au coeur de la ville d’Abidjan, la sévérité des mesures gouvernementales et la sensibilisation à outrance sur tous les supports médiatiques n’ont pas abouti aux résultats escomptés, au point qu’au mois de juin, le bilan quotidien oscillait entre 400 et 500 cas déclarés. Ainsi, plus la riposte était corsée, plus le nombre de cas augmentait. Cette maladie qui a affecté les activités économiques a été durement ressentie par de nombreux ménages. Face à cette pression de la population, les autorités ivoiriennes ont dû céder aux plaidoyers de certaines couches sociales pour un assouplissement des mesures. C’est ainsi qu’en juillet 2020, certaines ont été levées et d’autres modérées. Le gouvernement a alors choisi de miser sur la sensibilisation sur le terrain, faisant la police au sein des populations pour le port du masque et le respect des gestes barrière. Chose curieuse, depuis cet adoucissement des contraintes, la courbe de la maladie a considérablement baissé. On est passé de 500 cas au quotidien à 30 ou 25 cas aujourd’hui. Mieux, le nombre de personnes guéries est en hausse. À la date du 23 août 2020, la Côte d’Ivoire compte 17 506 cas confirmés, dont 15 633 personnes guéries, 114 décès et 1 759 cas actifs. Aux yeux de nombreux observateurs, le coronavirus en Côte d’Ivoire relève d’un mystère, et c’est tout juste si l’on ne parle pas de miracle s’agissant de son traitement, qui se résume à la prise de paracétamol, de vitamine C et de médicaments antigrippaux. Notons enfin que sur la cartographie de la pandémie en Côte d’Ivoire, la ville d’Abidjan est la plus touchée avec plus de 14 990 cas, suivie des régions du Sud-Comoé (252) et de San-Pedro (107). La région la moins atteinte est le Worodougou, dans le nord-ouest du pays. En somme, le coronavirus reste malgré tout une énigme, dans la mesure où de nombreuses personnes doutent des statistiques du gouvernement.

Alain Bouabré

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52