logo

Transport: La modernisation à grande vitesse

Mobilité urbaine, accroissement des capacités du port d’Abidjan, transport aérien… Le secteur des transports est au coeur des priorités d’investissement du président Alassane Ouattara.

Pour faire de la Côte d’Ivoire la nation émergente que le président Alassane Ouattara appelle de ses voeux, optimiser la mobilité urbaine est indispensable. Ainsi, avec le soutien de partenaires techniques et financiers comme la Coopération japonaise et la Banque mondiale, le gouvernement ivoirien a élaboré un nouveau schéma d’urbanisme et de développement des transports d’Abidjan. Selon le ministre des Transports Amadou Koné, « il s’agit de favoriser le développement vertical des villes, d’en créer de nouvelles à la périphérie d’Abidjan et d’accroître la mobilité à l’intérieur de cette grande agglomération, mais en ayant un focus particulier sur le développement portuaire, car la capitale économique ivoirienne, c’est d’abord le Port autonome d’Abidjan ». Dans cette perspective, le gouvernement a défini de nouvelles voies de contournement d’Abidjan permettant l’extension de la ville sur les parties ouest et côtière. Il a également procédé à l’identification de trois zones logistiques à la périphérie d’Abidjan : une pour parquer les camions, une autre pour le traitement du fret maritime et une troisième pour la réalisation d’un terminal de fret aérien. Ce plan ambitieux doit être achevé en 2030, tout comme la construction d’un grand périphérique. « Il s’agit en fait du IIe plan quinquennal (2016-2020) du président Ouattara, et je peux vous  assurer que le transport est le secteur où il y a eu le plus d’investissements sous sa présidence. Si l’on prend en compte le métro, ce sont plus de 2 000 milliards de FCFA qui lui sont consacrés », assure M. Koné. Justement, la première ligne du métro d’Abidjan, 38 km et 20 stations, est en construction pour un coût de 1,4 milliard d’euros, et sera terminée en 2023 au plus tard. Le programme prévoit la construction de cinq lignes au total. Le gouvernement a aussi lancé, pour un montant d’environ 350 millions de dollars et avec l’appui des bailleurs de fonds, le Projet de mobilité urbaine d’Abidjan (PMUA) qui prévoit la mise en place d’un système de transport collectif de masse (BRT) sur le corridor Yopougon-Bingerville grâce à un partenariat public-privé (PPP), le renforcement des capacités de la SOTRA et la réorganisation de ses lignes en rabattement sur les axes de transport de masse, et enfin la modernisation et la professionnalisation du transport artisanal sur ce corridor, y compris par l’appui au renouvellement de la flotte. Trafic aérien en forte hausse Le transport maritime n’est pas en reste car Abidjan demeure une ville portuaire qui représente aujourd’hui 8 % des échanges extérieurs de la Côte d’Ivoire et 7 % des recettes douanières, avec un trafic estimé à plus de 24 millions de tonnes en 2018. L’aménagement du canal de Vridin, pour un coût de 150 milliards de FCFA, vient d’être achevé. « Les navires transportant 10 000 conteneurs au voyage pourront désormais fréquenter notre port, contre 3 500 conteneurs au voyage antérieurement », se réjouit le directeur général du Port autonome d’Abidjan Yacouba Hien Sié. Quant au premier ministre Amadou Gon Coulibaly, il a qualifié de « gigantesque » cet ouvrage qui va faire du Port d’Abidjan un hub maritime régional. Quant au secteur aérien, sa croissance est exponentielle. Air Côte d’Ivoire (dont Air France détient 11 %), avec ses onze avions neufs, n’a pas encore  trouvé l’équilibre financier. Rien de surprenant pour le ministre Amadou Koné : « Pour être à l’équilibre, cela prendra beaucoup de temps. Dans le Business Plan d’Air Côte d’Ivoire, il était prévu que nous soyons déficitaires de 60 milliards de FCFA  jusqu’à la livraison du dernier appareil commandé. Et nous avons encore trois avions qui nous seront livrés en 2020. Aujourd’hui, la compagnie a un déficit d’abord dû à la hausse importante du carburant et ensuite au retard dans la livraison des avions à la  suite de négociations longues et difficiles ». Mais les autorités n’ont pas de raisons de se plaindre car, grâce à cette compagnie aérienne nationale, le trafic à l’aéroport d’Abidjan est passé de 600 000 passagers en 2011 à plus de 2 millions en 2017, dont 850 000 transportés par la seule compagnie Air Côte d’Ivoire.


Christian Kouamen

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52