logo

Entretien – Directeur général de la Société africaine de produits phytosanitaires et d’insecticides

Entretien – Directeur général de la Société africaine de produits phytosanitaires et d’insecticides

« Saphyto est le premier fourniss eur de solutions agricoles au Burkina Faso »

Jonas B. Bayoulou, directeur général de la Société africaine de produits phytosanitaires et d’insecticides (Saphyto), détaille les nombreux investissements consentis ces dernières années pour renforcer la capacité de l’outil industriel, notamment avec l’unité d’incinération, unique dans le pays.

Créée en 1991, Saphyto est devenue un acteur incontournable de la fabrication, du conditionnement et de la distribution de produits phytosanitaires au Burkina Faso. En trois décennies, quelles sont les solutions et innovations que vous avez apportées au mondeagricole en matière d’herbicides, d’insecticides et de traitements de semences ?

Jonas B. Bayoulou : Depuis sa création, Saphyto est le premier fournisseur de solutions agricoles au Burkina Faso. Animée par les trois valeurs que sont la qualité, l’innovation et la proximité, Saphyto a toujours cherché à proposer aux populations du Burkina en particulier et de l’Afrique de l’Ouest en général le meilleur des solutions agricoles et d’hygiène publique. Les innovations en solutions agricoles apportées par Saphyto depuis sa création sont nombreuses. Au départ, Saphyto ne proposait dans sa gamme que des insecticides destinés au coton. Très rapidement, la gamme a été élargie à d’autres spéculations, à tous les stades de la culture. C’est ainsi que nous avons commencé à proposer des solutions multiples à divers stades de culture céréalière, maraîchère, fruitière et de rente. La recherche et développement est une ligne importante dans notre organisation. Cela nous permet de toujours proposer des solutions innovantes à nos vaillants producteurs. Ainsi, nous avons lancé depuis 2016 près d’une dizaine de solutions agricoles, dont certaines sont biologiques. Saphyto, grâce à son expertise, a noué divers partenariats. Depuis 2018, nous sommes distributeur exclusif au Burkina Faso de Aflasafe BF 01, l’unique solution permettant de contrôler la contamination aux aflatoxines dans les cultures de maïs, d’arachide et de sésame. C’est une  chose de vendre les produits, c’en est une autre de savoir les utiliser. Saphyto a mis en place deux programmes d’appui conseil : le Programme Stewardship dans les années 90 et le Programme Applique Bien en 2014. Ces programmes itinérants et indépendants visent à renforcer les capacités de tous les  acteurs de la production en matière de bonnes pratiques agricoles. Ce sont près de 5 000 producteurs et techniciens agricoles qui sont formés gratuitement chaque année au Burkina Faso et au Niger. Agrimex, l’une des rares filiales de Saphyto, est implantée au Niger depuis 1993.

Dans quels secteurs intervient-elle et pourquoi n’avez-vous pas créé de  filiales dans les six autres États de la zone UEMOA, essentiellement agricole ?

À sa création, Saphyto appartenait au groupe Calliope, devenu Arysta Lifescience dans les années 2000, puis UPL en 2019. Le groupe Calliope avait des filiales dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. Cela explique le fait qu’après la création d’Agrimex en 1993, d’autres filiales de Saphyto n’aient pas été créées. En septembre 2016, nous avons quitté le groupe auquel nous appartenions, devenant ainsi le groupe Saphyto, avec Saphyto au Burkina et Agrimex au Niger. Nous gardons aujourd’hui de bons rapports techniques et commerciaux avec le groupe UPL, pour lequel nous sommes les distributeurs exclusifs au Burkina et au Niger. L’ouverture d’autres filiales n’est pas encore à l’ordre du jour. Nous restons cependant ouverts aux opportunités nous permettant d’être toujours plus proches de nos clients.

Pour renforcer les capacités de vos deux unités de production que sont l’unité de reformulation et l’usine d’incinération ainsi que de vos cinq ateliers, quels investissements ont été consentis ces dernières années et quels sont ceux à venir à court terme ?

Ces dernières années, nous avons entamé un processus de renforcement de capacité de notre outil industriel. L’innovation majeure dans ce sens était l’installation, en 2015, de notre unité d’incinération industrielle. Cet outil unique au Burkina, d’une capacité d’incinération de 5 tonnes/jour, nous a permis de contrôler nos déchets dans le plus grand respect de l’homme et de l’environnement. Nous avons par la suite décidé de proposer ce service aux industries, collectivités et structures tierces. Aujourd’hui, l’engouement autour de notre unité d’incinération est important, puisqu’elle est en activité toute l’année. Nous avons par la suite, en 2019, décidé d’optimiser l’unité d’embouteillage liquide et le laboratoire, coeur de notre outil industriel. C’est ainsi qu’en 2020, le laboratoire a été mis aux normes internationales actuelles. Nous avons également acquis en 2020 une unité confinée d’embouteillage liquide. La crise sanitaire de Covid-19 a retardé son installation, mais elle sera finalisée au dernier trimestre de 2021. Après l’installation de ce nouvel outil performant, nous dépasserons largement notre capacité de production actuelle.

Pour l’exercice 2020, en intégrant les résultats financiers d’Agrimex, quel a été le chiffre d’affaires de Saphyto sur l’ensemble de ses activités par rapport à 2019 ?

En 2020, le groupe Saphyto a enregistré un chiffre d’affaires de 14,55 milliards de FCFA, ce qui correspond à une baisse de 14 % comparativement à 2019. La crise économique engendrée par la pandémie de Covid-19 en est la principale cause. Nous notons quand même un résultat net positif en 2020 et prévoyons de meilleurs résultats en 2021.

Justement, quels sont vos objectifs pour 2021 ?

Nos défis sont nombreux en 2021. Nous comptons dans un premier temps finaliser la mise à jour de notre outil industriel. La crise économique causée par la pandémie de Covid-19 est toujours présente. Nous prévoyons néanmoins une croissance à un chiffre durant cet exercice, en espérant que dans les années à venir, nous ayons un climat économique plus favorable.

Propos recueillis par Serge-Henri Malet

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52