logo

Entretien – Directeur général d’Orabank Burkina

Entretien – Directeur général d’Orabank Burkina

« Plus de 95 milliards de FCFA en crédits directs accordés à la clientèle »

Après l’ouverture d’une agence Premium-Digitale pour sa clientèle VIP en février dernier, Étienne Konan, directeur général d’Orabank Burkina, précise qu’ont été développés des outils d’e-commerce et des cartes prépayées VISA, et que le maillage du territoire avec les GAB et les points de vente via le porte-monnaie électronique se poursuit.

En 2020, quelle est l’évolution de vos chiffres-clés par rapport à l’exercice 2019 ?

Étienne Konan : Dans un contexte difficile caractérisé par la crise sanitaire mondiale couplée à des tensions sécuritaires, Orabank Burkina a su faire preuve de résilience afin de continuer à participer au développement de l’économie burkinabè et de la zone UEMOA. Ainsi, le portefeuille de titres d’État de la zone UEMOA a doublé par rapport à 2019 pour se situer à 117 milliards de FCFA. Cet accompagnement s’est poursuivi également au niveau des particuliers et des entreprises – surtout les PME – des secteurs fortement impactés par des modes de financement flexibles : reports d’échéance, etc. En 2020, plus de 95 milliards de FCFA ont été accordés à la clientèle en termes de crédits directs. Dans ce contexte d’incertitude, une stratégie spécifique a été mise en place afin de favoriser la collecte des dépôts :  une réussite, car en 2020, les dépôts de la clientèle ont progressé de 33 %, soit 39 milliards de FCFA de plus que l’année dernière. Ceci nous a permis d’enregistrer une progression de 17 % sur le produit net bancaire, qui se situe à fin 2020 à 11 milliards de FCFA. Le résultat net est lui aussi en progression de 19 % par rapport à 2019, pour se situer à 4 milliards de FCFA.

Où en êtes-vous avec l’ouverture d’une agence Premium- Digitale d’Orabank Burkina dédiée à votre clientèle VIP ?

L’agence Premium-Digitale a ouvert ses portes en février 2020. Notre objectif en ouvrant cette agence est de renforcer notre expérience client. Nous offrons donc dans cet espace un service adapté à chaque entreprise, avec des processus dédiés à la rapidité et à la  simplicité d’exécution de ses opérations, afin qu’il y ait un réel gain d’efficacité pour chacun de nos clients.

Quelle est la contribution d’Orabank Burkina au financement de l’économie locale ?

Orabank est une banque universelle et panafricaine et, à ce titre, elle joue un rôle important d’intermédiation. Ainsi, Orabank Burkina participe activement au financement de l’économie nationale (financement de la campagne cotonnière à travers le pool bancaire) et à la digitalisation des produits bancaires afin de faciliter les services. Elle octroie des crédits aux ménages, aux entreprises et à l’administration publique. Nous finançons principalement les secteurs qui contribuent fortement au PIB, notamment le secteur agricole (intrants, crédits de campagne, équipements de production, commodities…), les infrastructures (financement des marchés à travers le partenariat public-privé PPP) ou encore les énergies renouvelables (projets solaires). Par ailleurs, nous comptons participer à des projets structurants à forte valeur ajoutée comme la construction d’usines pour la transformation des produits agricoles. En 2019, Orabank Burkina comptait 10 agences au Burkina Faso.

Y avez-vous renforcé votre politique de proximité ?

Orabank Burkina a une stratégie basée sur les niches. Ainsi, l’extension de notre réseau d’agences se fait en fonction des opportunités et des besoins du marché. Notre politique est de couvrir les 13 principales régions que compte le pays et, progressivement, de nous implanter dans d’autres zones à fort potentiel pour nos activités. Á ce jour, notre réseau compte 11 agences et des guichets automatiques dans plusieurs points stratégiques de la ville, pour la proximité de nos services.

Comment se déroule la mise en oeuvre de votre stratégie digitale, élément important pour le secteur bancaire ?

Orabank Burkina a amorcé sa transformation digitale afin de s’adapter aux nouveaux besoins de la clientèle. Notre vision est de faire de la banque digitale un pôle de croissance et d’excellence. Pour ce faire, nous travaillons à l’élargissement de notre offre en produits digitaux, au développement des partenariats stratégiques, à l’automatisation de nos processus et à l’amélioration de la qualité de service au client. Ainsi, nous avons développé un ensemble de produits numériques comme les terminaux ORAMONEY pour le paiement électronique des factures d’eau et d’électricité, ou encore les TPE Android tactiles sécurisés NGENIUS pour les encaissements des ventes via les cartes bancaires chez les commerçants. Dernièrement, nous avons développé des outils d’e-commerce et de cartes prépayées VISA pour mieux répondre encore aux besoins de nos clients. Actuellement, nous poursuivons le maillage du territoire avec des GAB et des points de vente via le porte-monnaie électronique.

Pour 2021, quelles sont vos priorités ?

Pour 2021, la banque va poursuivre sa dynamique de croissance. En plus de consolider notre position sur le marché et de renforcer notre statut d’institution bancaire de référence, nous comptons mettre un accent particulier sur les priorités suivantes : promouvoir la digitalisation de produits innovants, notamment à travers le lancement de notre plate-forme digitale KEAZ, consolider nos acquis par la qualité du service rendu à la clientèle, avec notamment la mise en oeuvre d’une plate-forme de mesure de la satisfaction de la clientèle dans toutes nos agences, ou encore par la gestion des réclamations avec la mise en place d’un département de la qualité. Nous souhaitons aussi renforcer le développement du segment des PME-PMI avec des programmes de financement des pépinières d’entreprises à fort potentiel en vue de les accompagner dans leurs besoins de financement en équipement de fonctionnement et d’installation, et surtout en conseils financiers.

Propos recueillis par Louise Bibalou-Durand

Auteur

EA Magazine

Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.

EA Magazine LLB Afrique
Économies Africaines apporte un nouvel éclairage sur l’évolution des pays du continent africain, ces pays en pleine transition et en plein essor.
SAVOIR PLUS
ARTICLES RÉCENTS
Contact Info
LLB Afrique
  • 91 Rue FAUBOURG ST HONORE 75008 Paris – France
  • +33 1 42 65 25 52