Les clés du parti présidentiel remises à un fidèle

Les clés du parti présidentiel remises à un fidèle

Á l’issue du 8e congrès du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS-Tarayya) qui s’est tenu le 22 décembre 2022 à Niamey, Foumakoye Gado a été confirmé à la tête du parti présidentiel pour un mandat de quatre ans.

Le PNDS-Tarayya, créé en 1992, domine la vie politique du pays depuis plus de 10 ans, puisque les deux derniers présidents nigériens sont issus de ses rangs. Le 25 décembre 2022, à l’occasion des festivités liées à son 32e anniversaire, la formation politique présidentielle a tenu son 8e congrès. Foumakoye Gado, qui en était le président par intérim, en a été élu président national pour un mandat de quatre ans
à l’unanimité des voix des 300 sections. Foumakoye Gado succède ainsi à l’actuel président de la République Mohamed Bazoum et, cette fonction stratégique ayant également été occupée par l’ancien chef de l’État Mahamadou Issoufou, devient le 3e président de ce parti. Cependant, Foumakoye Gado est attendu dans la gestion du poids politique du PNDS-Tarayya car, suite aux dernières élections législatives où son parti a obtenu 80 sièges de députés sur 166, il lui a fallu passer des alliances politiques auprès de ses alliés pour obtenir une majorité absolue. Des alliés d’ailleurs présents au gouvernement, à l’instar d’Ibrahim Yacoubou, nommé ministre d’État, ministre de l’Énergie lors du remaniement ministériel intervenu le 23 avril 2022. Une entrée au gouvernement survenue après que son parti, le Mouvement patriotique nigérien (6 députés au Parlement), eut quitté les rangs de l’opposition pour rejoindre de manière fracassante le camp de la majorité présidentielle. Un militant de la première heure L’actuel président du PNDS-Tarayya est un militant de la première heure, et même un membre fondateur du parti et du Comité exécutif national. En 1989 et 1990, il participait aux réunions de jonction entre les deux formations politiques G80 et G83 qui, par la suite, ont fusionné pour créer en décembre 1990 le PNDS-Tarayya. D’ailleurs, les premières discussions concernant l’élaboration des textes fondamentaux du parti se sont déroulées en catimini dans l’un des laboratoires de l’Institut universitaire de formation pédagogique de Niamey, où il exerçait à l’époque comme maître-assistant.

Dès la création du PNDS-Tarayya, Foumakoye Gado fut élu premier secrétaire général adjoint à l’issue de la première assemblée générale constitutive. Durant l’année initiale de mise en place du PNDS, son propre domicile faisait même office de siège du parti, et c’est de là que les fondateurs du PNDS-Tarayya ont pu donner corps à tous les textes du mouvement et les éditer, qu’il s’agisse du manifeste, des statuts, du règlement intérieur, du premier programme ou encore des cartes de membres. Après la réélection du président Mahamadou Issoufou, Foumakoye Gado a conservé du 11 avril 2016 au 19 octobre 2019 son poste de ministre de l’Énergie et du Pétrole dans le gouvernement. Á l’issue du remaniement d’octobre 2019, il a été promu jusqu’au 7 avril 2021 ministre d’État, ministre du Pétrole. Cumulativement à ses fonctions de ministre d’État, il a été directeur de cabinet du président Issoufou du 4 décembre 2020 au 7 avril 2021, puis est devenu haut représentant de l’ancien président. Parmi les nombreux défis auxquels sera confronté le président du PNDS-Tarayya figurent « la consolidation et l’unité du parti », comme l’a indiqué l’ancien président de la République Mahamadou Issoufou lors de son discours prononcé au congrès. Mais pour l’opposition, Foumakoye Gado aura notamment la lourde tâche de redorer le blason d’un parti régulièrement accusé de se confondre avec l’État.

Paul de Manfred

Comments are closed.